JNLF 2017 : Le cervelet, un optimiseur du fonctionnement cérébral

  • Dr Christian Geny

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le cervelet est une structure volumineuse (80 % du total des cellules nerveuses !). Positionné en parallèle des voies nerveuses, son rôle été longtemps considéré uniquement comme modulateur de la motricité. En effet, le cervelet latéral intervient dans la planification du mouvement et sa partie intermédiaire dans le contrôle du mouvement en cours. Le cervelet latéral ne reçoit pas d'information périphérique et participe à la programmation du mouvement suivant. La partie intermédiaire reçoit des informations par les faisceaux spinocérébelleux et agit sur la voie motrice via le faisceau cérebello-rubro-thalamo-cortical. Le cervelet médian intervient dans l'équilibre axial notamment en innervant les muscles axiaux. Cependant, il existe de nombreuses connections avec les aires non motrices et l'on doit à Schmahmann en 1998 l'identification du syndrome cérébelleux affectif et cognitif pour que le rôle cognitif du cervelet soit reconnu par la communauté médicale.

Le cervelet a donc été mis à l'honneur aux JNLF dans la traditionnelle session du GRECO et de la SNPLF. Plusieurs experts ont ainsi précisé les fonctions non motrices de celui-ci. Philippe Paquier (Bruxelles) nous a rappelé que le langage pouvait etre affecté. Des pathologies focales comme les accidents vasculaires cérébello-bulbaires (PICA) peuvent entrainer des difficultés d'apprentissage non moteurs et de détection d'erreurs. Ces patients présentent des troubles grammaticaux, une diminution des fluences verbales, troubles proches des aphasies dynamiques ou même un mutisme. De manière intrigante, certains patients ont des déformations phonétiques et prosodiques qui ont reçu le nom de syndrome de l'accent étranger. Marie-Camille Berthel-Tatray (Colmar) a rappelé les caractéristiques du syndrome cognitivo-affectif du cervelet associant des troubles dysexecutifs, visuospatiaux, comportementaux et langagiers. Les études anatomo-cliniques ont permis d'établir précisément des corrélations entre les troubles émotionnels et cognitifs et certaines lésions du cervelet. Cette journée de communications sur les fonctions cognitives du cervelet a rappelé que la cognition n'est pas traitée uniquement par des aires circonscrites corticales, mais plutôt le fait de l'activité de réseaux diffus.