JESFC : Quel intérêt d’une préparation systématique d’un accès fémoral de secours avant une coronarographie ?

  • Dr Philippe Tellier

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Dans de nombreux départements de cardiologie interventionnelle, c'est la voie radiale qui prime sur la voie fémorale dans la réalisation d'une coronarographie. L'étude rétrospective ici résumée émane d'une équipe qui a démarré la voie radiale en 2002. Chaque année, au sein du service où cette équipe exerce, sont pratiqués 1 600 coronarographies et 800 angioplasties coronaires. En 2016, 94 % de ces procédures ont été réalisées par voie radiale et les autres (6 %) par la voie fémorale, en raison d'un échec ou d'un accès radial impossible. La préparation du patient avant le cathétérisme gauche inclut par précaution les deux options et, de ce fait, le rasage systématique des régions radiales et des plis de l'aine précède la désinfection par la Bétadine. Le temps de préparation est de l'ordre de 10 minutes ce qui représente, dans le cas présent, une charge annuelle de travail globale de 280 heures. Le rasage de l'aine est parfois mal perçu par certains patients et soignants, au point qu'un protocole simplifié a été utilisé. Un simple nettoyage au savon est réalisé au niveau des plis des deux aines avant l'intervention qui sont recouverts de champs chirurgicaux. En cas d'échec du cathétérisme des artères radiales, l'aine est simplement désinfectée et la ponction de l'artère fémorale est réalisée sans rasage préalable. Ce protocole simplifié et plus confortable n'a été appliqué qu'à trois reprises lors de 1 600 procédures consécutives, sans que soit déplorée la moindre complication notamment de nature infectieuse. Un protocole réservé aux institutions adeptes de la voie radiale, lequel ne dispense pas d'une sélection appropriée des patients et d'un avis du comité d'hygiène.