Intervention podologique chez le sujet âgé : quel bénéfice sur la prévention des chutes ?

  • Wylie G & al.
  • Age Ageing
  • 7 janv. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une récente revue systématique et méta-analyse, une intervention podologique permettrait de réduire le risque de chute chez les sujets âgés vivant à domicile. Les données concernant les sujets âgés institutionnalisés sont encore trop peu nombreuses pour conclure.

Dans ce travail d’analyse, trois types d’intervention ont été comparés : une intervention simple (soins de pédicurie, fourniture de semelles ou de chaussures orthopédiques), une intervention multiple (intervention simple associée à des informations et des exercices du pied ou de la hanche), une intervention pluridisciplinaire incluant l’orientation vers une évaluation podologique. Sur la base de leur analyse rapportée aux données de la littérature, les auteurs estiment que le taux de prévention des chutes obtenu après une intervention podologique est comparable à celui obtenu à partir d’autres types d’interventions. Ils estiment également que les exercices du pied et de la hanche ont probablement un poids important dans l’efficacité de la démarche.

Principaux résultats

  • Pour les personnes vivant à domicile, aucun effet significatif sur le taux de chute après intervention podologique simple (un essai, n=121), (réduction absolue du risque 1,58 [0,69-3,60]). Pour les interventions multiples (3 études, n=1.339), le bénéfice était significatif (0,77 [0,61-0,99], hétérogénéité faible). Enfin, concernant les interventions pluridisciplinaires, un bénéfice significatif en termes de prévention des chutes a été observé par rapport aux soins habituels (0,73 [0,54-0,98], hétérogénéité élevée). Sur ce dernier type d’intervention, la mise en œuvre des soins reçus après évaluation n’était pas précisée.

  • Concernant la prévention des chutes chez les sujets institutionnalisés, deux études étaient disponibles, mais leur hétérogénéité n’a pas permis de les pooler. Un faible effet était observé mais la taille de la cohorte et la variabilité des résultats ne permettaient pas de conclure.

  • Selon les études, un bénéfice a pu être décrit concernant l’équilibre et la douleur concernant les interventions simples et multiples.