Intérêt d’un traitement par sémaglutide durant 68 semaines chez les sujets non diabétiques

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une nouvelle étude du programme STEP montre le bénéfice du sémaglutide en SC sur la perte de poids du sujet non diabétique en surpoids avec au moins une comorbidité ou obèse. STEP4  montre que :

  • Les patients sous sémaglutide perdraient environ 10% de leur poids initial durant la période de run-inde 20 semaines (posologie progressive jusqu’à la dose cible de 2,4 mg de sémaglutide hebdomadaire).
  • Les patients qui continuent leur traitement par sémaglutide durant 48 semaines supplémentaires ont une perte de poids supplémentaire alors que ceux qui l’arrêtent le traitement regagnent du poids.

Il semblerait que la perte de poids obtenue par sémaglutide résulte d’un meilleur contrôle de l’appétit et donc une réduction des apports énergétiques via un effet au niveau de l’hypothalamus et de l’aera postrema du cerveau. La dose de 2,4 mg/semaine est supérieure à celle actuellement approuvée pour le traitement du diabète de type 2. 

Méthodologie

Cette étude randomisée, menée en double aveugle durant 68 semaines a été conduite entre juin 2018 et mars 2020 dans 73 centres répartis dans 10 pays. Les patients inclus n’étaient pas diabétiques, ils avaient un IMC ≥27 kg/m2 ainsi qu’une morbidité ou un IMC ≥30 kg/m2. Les patients recevaient une dose croissante de sémaglutide durant 16 semaines et une dose de maintien durant 4 semaines (période de run-in). Puis, les patients qui avaient atteint la dose de 2,4 mg de sémaglutide par semaine étaient randomisés dans un groupe continuant à être traité par sémaglutide au même dosage ou switchaient vers le placebo. Parallèlement, tous les patients devaient suivre un programme de changement des habitudes de vie.

Principaux résultats

Au total, 902 patients ont reçu une dose hebdomadaire de semaglutide SC durant la première période. À 20 semaines, 89% des individus (n=803) ont atteint la dose de 2,4mg de semaglutide par semaine et ont pu être randomisés pour continuer à recevoir ce même traitement (n=535) ou recevoir un placebo (n=268). Les sujets des deux groupes recevaient également des conseils pour avoir une vie plus saine.

La perte de poids moyenne des sujets qui ont terminé la première période était de 10,6% (-11,1kg en moyenne). Ce bénéfice s’est accompagné d’une réduction du tour de taille, de l’IMC, de la pression systolique et diastolique, de l’HbA1c, de la glycémie à jeun et du profil lipidique. 

L’âge moyen de ceux qui ont été randomisés était de 46 ans, 79% étaient des femmes, le poids moyen était de 107,2 kg. Sur l’ensemble de ces sujets, ceux qui ont continué à être traités par sémaglutide ont continué à perdre du poids (-7,9% soit -7,1kg entre la 20ème et la 68ème semaine), alors que ceux qui ont switché sous placebo en ont regagné 6,9%. La différence était donc de 14,8 points de pourcentage (soit une moyenne de 13,2 kg de différence, p<0,001).

Les autres paramètres mesurés étaient également améliorés chez ceux qui ont maintenu le traitement par sémaglutide : tour de taille -9,7 cm, pression artérielle systolique -3,9 mmHg, score de statut fonctionnel SF-36 2,5 (p<0,001).

Si la proportion de patients ayant arrêté leur traitement pour cause d’événement indésirable était similaire entre les deux groupes (2,4% sous sémaglutide et 2,2% sous placebo), les patients sous sémaglutide ont rapporté plus d’évènements indésirables gastrointestinaux par rapport aux sujets sous placebo (49,1% vs 26,1%).