Insuffisance rénale : le roxadustat, premier traitement oral de l’anémie ?

  • Chen N & al.
  • N Engl J Med
  • 24 juil. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Chez les patients souffrant d’insuffisance rénale chronique (non traités par dialyse), un traitement par roxadustat durant 8 semaines augmente significativement le taux d’hémoglobine (Hb) par rapport à un placebo. Et cette efficacité a perduré lors d’une phase en ouvert de 18 semaines.

À la 9semaine, le taux d’hepcidine a diminué par rapport à l’inclusion, et la différence versus placebo s’est révélée significativement plus élevée. Une diminution du taux d’hepcidine chez des sujets souffrant d’anémie est associée à une augmentation de la disponibilité du fer. En revanche, chez les sujets sous roxadustat, le taux sérique en fer est resté cliniquement stable durant la phase randomisée et n’a pas différé significativement de celui du groupe placebo. 

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

L’anémie est une complication associée à l’insuffisance rénale chronique. Le roxadustat est un inhibiteur de la prolyle hydroxylase du facteur induit par l’hypoxie. Il augmente les taux d’Hb par un mécanisme similaire à celui obtenu par une altitude élevée.

Méthodologie

Cette étude de phase III, multicentrique, menée en double aveugle, en Chine, a inclus 154 adultes souffrant de maladie rénale chronique. Ces sujets ont été randomisés (2:1) pour recevoir du roxadustat ou un placebo, trois fois par semaine durant 8 semaines. À l’inclusion, tous les patients avaient un taux d’Hb entre 7,0 et 10,0 g/dL La phase de randomisation a été suivie d’une phase en ouvert où les patients recevaient du roxadustat durant 18 semaines.

Principaux résultats

Entre décembre 2015 et septembre 2016, 154 patients souffrant d’insuffisance rénale chronique, mais non traités par dialyse, ont été inclus. Parmi eux, 102 ont été traités par roxadustat et 52 par placebo. À l’inclusion, le taux d’hémoglobine était de 8,9 g/dL dans les deux groupes, 54% des sujets avaient une saturation de la transferrine de 20% ou plus, et 38% avaient un taux de ferritine de 200 microgramme par litre ou plus. 

Durant la première phase, le taux d’hémoglobine a augmenté de 1,9 g/dL dans le groupe roxadustat et a diminué de 0,4 g/dL dans le groupe placebo. Soit une différence significative de 2,2 g/dL (pe semaine, 84% des patients du groupe roxadustat avaient une augmentation du 1 g/dL ou plus en hémoglobine par rapport à l’inclusion (contre aucun dans le groupe placebo). 

À la 9semaine, le taux d’hepcidine a diminué par rapport à l’inclusion, de 51,14 et 15,10 ng/mL respectivement dans les groupes roxadustat et placebo, soit une différence intergroupe significative de -49,77 ng/mL.

Financements

Étude financée par FibroGen.