Insuffisance cardiaque : une meilleure survie est observée chez les patients obèses en bonne santé métabolique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les patients obèses en bonne santé métabolique atteints d’une insuffisance cardiaque aiguë pourraient bénéficier d’une meilleure survie que les patients obèses en mauvaise santé métabolique ou de poids normal, quel que soit leur statut métabolique, selon une recherche présentée à l’occasion de la conférence EuroEcho-Imaging 2018 de la Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology). 

Cette étude rétrospective a inclus 3 564 patients hospitalisés pour cause d’insuffisance cardiaque aiguë entre 2009 et 2016, parmi lesquels 2 021 étaient en surpoids ou obèses (IMC supérieur ou égal à 23 kg/m2) et 1 543 étaient de poids normal (IMC inférieur à 23 kg/m2). Les données relatives à la pression artérielle, le cholestérol et le glucose ont été recueillies. L’échocardiographie a été utilisée pour évaluer la fraction d’éjection, la déformation longitudinale globale (DLG) et la géométrie du ventricule gauche (VG).

Par rapport aux patients de poids normal, les patients en surpoids ou obèses présentaient une proportion plus faible d’hypertrophie excentrique (62,4 % contre 49,1 % ; P 

Les patients obèses en bonne santé métabolique présentaient un taux de survie significativement meilleur (79,4 %) que celui des patients obèses en mauvaise santé métabolique (66,5 %). Leur survie était également significativement meilleure que celle des patients de poids normal dont la santé métabolique était bonne (63,9 %) ou mauvaise (55,5 %). 

« L’évaluation de la structure et de la fonction cardiaques, ainsi que de l’état de santé métabolique, chez les patients atteints d’une insuffisance cardiaque pourrait être un moyen prometteur d’identifier les personnes à risque plus élevé de décès prématuré », a indiqué l’auteur principal, le Dr Chan Soon Park de l’Hôpital universitaire national de Séoul en Corée.