Insuffisance cardiaque aiguë: Ies biomarqueurs permettent de prédire les réhospitalisations

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

La décompensation cardiaque aiguë est une cause majeure d'hospitalisations itératives.

L'identification des patients qui risquent ainsi d'être réhospitalisés fréquemment est essentielle car on pourrait les faire bénéficier de mesures préventives susceptibles d'éviter ces admissions hospitalières répétées.

Les biomarqueurs tels le BNP (B-type natriuretic peptide) (un marqueur de l'étirement du myocarde), la troponine ultra-sensible (un marqueur de l'altération des cardiomyocytes) et la galectine-3 (un marqueur de fibrose et de remodelage ventriculaire) dosés à la sortie du patient pourraient s'avérer utiles pour dépister les patients à risque d'être réhospitalisés. Cependant, les données de la littérature ne permettent pas, à ce jour, de définir clairement si ces marqueurs permettent de prévoir les réhospitalisations à court terme.

C'est cette incertitude qui a poussé S. Sudharshan et coll. à analyser les données cliniques, biologiques et le suivi de 101 patients qui avaient été hospitalisés dans leur service pour une décompensation cardiaque aiguë entre avril 2013 et mars 2015.

On disposait pour chaque patient des taux de galectine-3, troponine ultra-sensible et BNP, mesurés, après traitement de l'insuffisance cardiaque aiguë, dans les 48 heures précédant la sortie de l'hôpital. La galectine-3 a été dosée au moyen de kits disponibles dans le commerce.

Après leur sortie de l'hôpital, 20 % des patients ont été réhospitalisés dans les 30 jours et 36 % dans les 60 jours. La comparaison a porté sur le...