Insomnie : les données probantes sont insuffisantes pour appuyer le recours aux antidépresseurs


  • Dawn O'Shea
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une revue Cochrane des recherches publiées a déterminé que les données probantes sont insuffisantes pour appuyer la pratique clinique actuelle selon laquelle des antidépresseurs sont prescrits pour le traitement de l’insomnie.

La revue a consisté en un réexamen de 23 essais contrôlés randomisés antérieurs impliquant un total de 2 806 patients atteints d’insomnie, qui ont été publiés jusqu’en 2015 dans une sélection de bases de données accessibles sous forme électronique.

L’analyse a montré que dans l’ensemble, les données probantes appuyant l’utilisation d’antidépresseurs pour les personnes ayant des troubles du sommeil sont de faible qualité, en partie à cause du nombre limité de personnes dans chaque étude et en partie à cause de la façon dont les études ont été conduites et décrites dans les rapports.

Certaines données de faible qualité ont été relevées pour l’utilisation à court terme (sur plusieurs semaines et non sur plusieurs mois) de certains antidépresseurs, mais, fait intéressant, aucune donnée probante n’a été identifiée pour l’amitriptyline, malgré son utilisation fréquente.

Commentant les résultats, la chercheuse principale, le maître de conférences Hazel Everitt, a déclaré : « Des essais de haute qualité portant sur les antidépresseurs pour le traitement de l’insomnie sont nécessaires pour fournir de meilleures données probantes dans ce domaine afin d’orienter la pratique clinique. Les professionnels de santé et les patients doivent par ailleurs avoir conscience de l’insuffisance des données probantes concernant l’utilisation fréquente d’antidépresseurs pour la prise en charge de l’insomnie. »