Initiation de la ventilation non invasive dans la BPCO : à l’hôpital ou en ville ?

  • Duiverman ML & al.
  • Thorax
  • 4 sept. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une équipe néerlandaise a comparé l’évolution de sujets atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) selon que la ventilation non invasive (VNI) qui devait être initiée avait été menée au domicile via télémonitorage ou à l’hôpital. Elle met en évidence une équivalence des deux approches 6 mois, avec une pression de dioxyde de carbone comparable et une qualité de vie similaire. Si le délai d’initiation était plus long lorsque l’adaptation avait lieu à domicile, la compliance à l’appareillage était supérieure et le coût était divisé par deux.

Méthodologie

L’étude monocentrique a été menée auprès de 67 patients adultes présentant une BPCO de stade III ou IV stables et présentant une hypercapnie diurne. Ils étaient randomisés entre l’initiation de la VNI à domicile ou à l’hôpital. Lorsque l’initiation était réalisée en ambulatoire, un appareil de télémonitorage connecté à l’appareillage de VNI permettait d’envoyer les paramètres ventilatoires à une plateforme en ligne, qui permettait de réaliser des ajustements à distance. Les valeurs de pression transcutanée de CO2 (PtCO2) étaient également mesurées et ces données étaient récupérées à distance par un dispositif de surveillance ambulatoire. La visite d’une infirmière à domicile était planifiée dans le premier jour pour accompagner le patient dans la mise en place du matériel.

Principaux résultats

  • Un total de 67 patients (âge moyen 63 ans, 40 % d’hommes) ont été inclus dans cette étude.
  • À 6 mois, la PaCO 2 diurne (critère principal) avait diminué de manière significative dans les deux groupes par rapport à l’inclusion, sans différence significative entre les deux groupes (PaCO2 diminuée de 7,3 à 6,4 kPa à domicile et de 7,4 à 6,4 kPa à l’hôpital). Les valeurs du volume expiratoire maximal seconde (VEMS) et de la capacité vitale forcée (CVF), ainsi que la distance de marche à 6 minutes, étaient également similaires entre les deux groupes.
  • La qualité de vie était améliorée dans les deux groupes, sans différence significative, et il n'y avait pas de différence entre les deux groupes concernant le nombre de jours, la fréquence d'hospitalisation ou le nombre d’exacerbations à 6 mois.
  • Le délai d’initiation moyen de la VNI était de 14,5 jours à domicile contre 7 jours à l'hôpital. Cependant, dans le premier groupe, les patients utilisaient plus rapidement et souvent la VNI durant un temps moyen satisfaisant (en moyenne 7,7 contre 6,6 heures par jour, p=0,037). L’observance des patients du groupe hôpital ont présenté une amélioration de l'observance au cours du temps pour atteindre 7,5 heures par jour à 6 mois.
  • Enfin, la VNI à domicile coûtait en moyenne 3.768€ contre 8.537€ pour l’initiation hospitalière.