Infections invasives à Hib : une vaccination toujours d’actualité


  • Marie Torre
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La bactérie Haemophilus influenzae de type b (Hib) peut être responsable d’infections graves chez les jeunes enfants avant 5 ans, notamment au cours des premiers mois de vie. (1) L’incidence de ces infections a spectaculairement chuté depuis l’introduction de la vaccination en 1992. La survenue de quelques cas rappelle que la bactérie continue de circuler à bas bruit dans la population : le risque perdure pour les enfants non vaccinés ou incomplètement vaccinés. (2)

 

Les infections graves liées à Hib

La bactérie Hib peut être responsable d’infections graves : méningite purulente, épiglottite, bactériémie pouvant être associée à une dermohypodermite ou une arthrite, pneumopathie et ethmoïdite. (2) Avant l’instauration de la vaccination en France, l’incidence des infections à Hib était d’environ 1000 cas par an, dont 600 méningites et 20 à 30 décès chez les enfants de moins de 5 ans. (3)

Le caractère invasif de la bactérie est lié au polysaccharide capsulaire polyribosyl-ribitol-phosphate (PRP) : les souches d’Hib capsulées sont responsables d’infections sévères et les souches non capsulées d’otites et de surinfections bronchiques. La gravité des infections invasives a justifié le développement d’un vaccin efficace, dont l’antigène vaccinal est le polysaccharide capsulaire.

 

Une vaccination toujours nécessaire

La vaccination a pour but de prévenir les formes invasives et agit sur le portage pharyngé, ce qui permet de réduire la circulation des bactéries Hib dans la population.

Avec l’introduction en 1992 de la vaccination anti-Hib, l’incidence des infections invasives a été divisée par 2 et l’incidence des méningites par près de 10 entre 1991 et 2009. Néanmoins, près de 5 méningites à Hib ont été diagnostiquées chaque année chez des jeunes enfants entre 2012 et 2017. La majorité des cas touchait des enfants non vaccinés ou incomplètement vaccinés. (2) La vaccination anti-Hib reste importante pour protéger les nourrissons dès les premiers mois de vie.

Depuis le 1er Janvier 2018, la vaccination contre les infections invasives à Hib est obligatoire pour tous les nourrissons, en association avec les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et l’hépatite B. (3) Elle est exigée pour l’admission ou le maintien en collectivité.  La primovaccination du nourrisson comporte 2 injections à l’âge de 2 et 4 mois, suivies d’un rappel à l’âge de 11 mois : l'intervalle entre les 2 premières doses ne doit pas être inférieur à 2 mois et inférieur à 6 mois entre la deuxième et la troisième dose. (1)

A ce jour, les données de surveillance recueillies en France et en Europe n’ont pas montré d’augmentation des infections invasives liées aux autres sérotypes (a, c, d, e, ou f) après l’introduction de la vaccination contre le sérotype b. (2)