Infections intra-abdominales : l’éravacycline, non inférieure au méropénème

  • Solomkin JS & al.
  • Clin Infect Dis
  • 18 déc. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’étude clinique de phase 3 IGNITE4 a montré la non-infériorité de l’éravacycline sur le méropénème dans la prise en charge des infections intra-abdominales compliquées : le test de contrôle de guérison était vérifié chez 90,8% de ceux ayant reçu l’antibiotique expérimental, contre 91,2% dans le groupe méropénème. Ces chiffres étaient également satisfaisants pour les seuls patients qui présentaient une infection à entérobactérie productrice de E-BLSE.

  • Dans cette étude, la microbiologie et la fréquence des résistances présentées par les patients étaient représentatives d’études pivots préalables. Les infections polymicrobiennes étaient majoritaires et une proportion significative des patients présentaient des co-infections entre germes Gram négatif et Gram positif, dont des espèces de type Bacteroides et Clostridium.

  • Avec IGNITE1 qui comparait l’éravacycline à l’ertapénème dans les mêmes affections, IGNITE4 a motivé l’avis positif de l’EMA concernant la commercialisation de la molécule.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

L'éravacycline est un antibiotique synthétique appartenant à la classe des tétracyclines qui contre deux mécanismes importants de résistance bactérienne aux cyclines (la protection ribosomiale et l’efflux).

Méthodologie

  • IGNITE4 est un essai multicentrique international de phase 3 mené chez des patients adultes atteints d'infections intra-abdominales compliquées et randomisés entre l'éravacycline (1mg/kg IV toutes les 12 heures) ou le méropénème (1g IV toutes les 8 heures) durant 4 à 14 jours à discrétion du médecin.

  • Le critère principal était la non-infériorité sur la réponse clinique lors du test de contrôle de guérison mené 25 à 31 jours après l’initiation du traitement, parmi la population en intention de traiter microbiologiquement évaluable (ITTm), avec une marge de non-infériorité pré-spécifiée de 12,5%.

Résultats

  • Au total, 500 patients ont été inclus et randomisés entre les deux groupes. A l’inclusion, respectivement 60% et 63,4% des groupes éravacycline et méropénème ont eu une chirurgie en ouvert et 48,7% contre 43,9% de ces deux groupes avaient eu une appendicite compliquée.

  • Le taux de guérison était de 90,8% pour l'éravacycline et de 91,2% pour le méropénème, ​soit une différence de -0,5% [-6,3% à 5,3%] correspondant au critère de non-infériorité pré-spécifié. Chez ceux infectés par une entérobactérie productrice de E-BLSE, le taux de guérison étaient de 87,5% (n=14/16) et 84,6% (n=11/13) respectivement dans les groupes éravacycline et méropénème.

  • Sur le plan de la tolérance, les effets indésirables liés au traitement avaient concerné respectivement 37,2% et 30,9% des groupes éravacycline et méropénème. Moins de 5%, 4% et 3% des patients avaient eu des nausées, des vomissements ou une diarrhée.

  • Les réactions localisées au site de perfusion ont été plus courantes dans le groupe expérimental (autour de 3% vs 0,4%).

Financement

L’étude a été sponsorisée par Tetraphase Pharmaceuticals Inc.