Infection ostéoarticulaire : quelle antibiothérapie pour une reprise totale de prothèse ?


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Une antibiothérapie adaptée de 6 semaines permet d’atteindre des taux de rémission d’infection ostéoarticulaire justifiant une reprise totale de prothèse en un temps qui sont similaires à ceux observés pour une opération en deux temps.

La reprise totale de prothèse (RTP) en un temps est beaucoup moins lourde, longue et coûteuse que la procédure en deux temps pour le traitement des infections ostéoarticulaires (IOA). Il a été décrit que cette procédure permet des taux de rémission comparables à ceux des procédures en deux temps (85-92%), y compris pour des pathogènes difficiles à traiter, dès lors que que la sélection des patients est faite avec rigueur. Reste que, dans ce contexte, la durée nécessaire d’antibiothérapie n’est pas déterminée par des études cliniques randomisées suffisamment robustes. Dans ce cadre, les différents consensus ou recommandations ne plaident pas pour un unique protocole, notamment en matière de durée du traitement antibiotique.

Une étude rétrospective observationnelle de cohorte menée par le service d'orthopédie de l'hôpital Cochin (Paris) entre 2010 et 2015 permet d’établir qu’une durée de 6 (± 1) semaines offre un taux de rémission satisfaisant. Ce résultat a été obtenu à partir du suivi de 50 patients (âge médian 69,3 ans) ayant nécessité une RTP pour IOA (délai moyen de l’infection : 36 mois) de la hanche (n=42) ou du genou (n=8). Après un suivi médian de 32 mois, le taux de rémission observé était de 90%.

Des infections principalement liées aux staphylocoques

Les principales bactéries identifiées étaient Staphylococcus spp. (58%), Cutibacterium acnes (38%) et des bacilles Gram négatif (12%), les infections polymicrobiennes représentant 24% des cas.

Une antibiothérapie empirique IV avait été initiée en périopératoire associant deux antibiotiques, dont au moins un actif contre les staphylocoques spp. Un traitement antibiotique ciblé était ensuite associé après analyse post-opératoire des prélèvements microbiologiques. Le traitement était réévalué après 48 heures puis après 5 à 7 jours d'incubation. L’administration orale était envisagée lorsque c’était possible, la durée totale de l’antibiothérapie étant de six semaines. La durée médiane d’administration d’antibiotiques IV était de 11 jours. Elle a pu être poursuivie par voie orale chez 92% (n=46) des patients.