Incidence et clairance du papillomavirus chez les HSH : cerner le risque de cancer anal


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) infectés par le VIH issus de la cohorte ANRS EP57 APACHES, l’incidence des infections à papillomavirus  est similaire pour les types HPV-16 et HPV-18 au cours de 24 mois de suivi, mais la clairance d’HPV-16 est inférieure à celle d’HPV-18.
  • Les paramètres liés au VIH (traitement antirétroviral, taux de CD4…) ne semblent influencer ni l’incidence ni la clairance liées aux papillomavirus. Les raisons pour lesquelles les sujets HSH infectés par le VIH ont un risque accru d’incidence et de lésions liées au HPV par rapport aux HSH non infectés restent à élucider.

Le risque d’infection par HPV est connu pour être supérieur chez les sujets HSH lorsqu’ils sont parallèlement infectés par le VIH, et le risque de lésions et de cancer anal associé est décrit comme étant accru dans cette population. Cependant, l’influence du VIH sur l’histoire naturelle des infections à papillomavirus est encore insuffisamment décrite. L’analyse des données à 24 mois de la cohorte française multicentrique ANRS EP57 APACHES apporte ses enseignements. Au total, 240 HSH infectés par le VIH, âgés de 35 ans ou plus et ayant bénéficié d’au moins deux prélèvements anaux et anuscopies ont été inclus dans l’analyse. Ils étaient pour plus de 90% d’entre eux traités par antirétroviraux et contrôlés.

Clairance, réinfections, infections latentes

Alors qu’à l’inclusion, l’infection à HPV-16, HPV-18 et HPV tous génotypes confondus était respectivement de 29%, 12% et 71%, les taux d’incidence au cours du suivi étaient de 9,5 et 10,6% pour HPV-16 et HPV-18, et les taux de clairance de 32,4 et 53,7% respectivement. L’analyse détaillée de ces données suggère que des réinfections après clairance surviennent chez une partie des patients. Elle permet aussi de penser que certains présentaient à l’inclusion une infection par HPV-16 qui n’a pas été dépistée par les tests initiaux ; cependant, certaines données de la littérature évoquent aussi l’existence d’infections HPV latentes, pouvant secondairement être réactivées. Enfin, aucun paramètre relatif à l’infection VIH n’a été observé comme ayant une influence déterminante sur la clairance de l’un ou l’autre des papillomavirus. Le tabagisme, en revanche, a été comme dans d’autres études, associé à un risque supérieur d’infection par HPV-18. La nature de ce lien reste à élucider (facteur de confusion ou induction de lésions génotoxiques).