Incendie criminel du centre de traitement d’Ebola de MSF en République démocratique du Congo


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a condamné l’incendie criminel d’une clinique d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC), le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, ayant affirmé que de telles attaques pourraient réduire à néant les progrès accomplis dans le cadre de la riposte à Ebola. 

L’attaque s’est produite dans un centre de traitement d’Ebola géré par Médecins Sans Frontières dans la région de Katwa, durant la nuit de dimanche (le 24 février 2019), et a contraint l’évacuation du personnel et des patients de l’établissement. 

Cet incendie intervient dans un contexte de craintes quant à un risque de ralentissement de la riposte à Ebola, le Dr Tedros ayant appelé les donneurs à continuer de financer la riposte à la flambée, sans quoi la situation risque de régresser. 

« La situation est sans précédent : il n’y a jamais eu de flambée d’Ebola se produisant dans ces conditions, avec une population aussi mobile et de nombreuses failles dans le système de santé. La situation en matière de sécurité constitue une autre source majeure de préoccupation », a déclaré le Dr Tedros. 

« Nous avons fait des avancées majeures. Des centaines de décès ont été évités, peut-être même des milliers. La flambée n’est cependant pas terminée, et nous avons besoin de toute urgence de fonds supplémentaires pour y mettre un terme », a-t-il ajouté. 

L’OMS a indiqué qu’un financement de 148 millions de dollars américains est nécessaire pour l’ensemble des partenaires impliqués dans la riposte, afin qu’ils puissent poursuivre leurs efforts ; pourtant, ce sont moins de 10 millions de dollars américains qui ont été annoncés jusqu’à présent.