Important scandale de vaccins et crise de confiance en Chine

  • The Lancet
  • The Lancet
  • 4 août 2018

  • de Priscilla Lynch
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En Chine, une récente série de scandales impliquant des vaccins contre la rage et contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos (DCT) est en train de détériorer la confiance placée dans le système de gestion des vaccinations du pays, rapporte The Lancet.

Un nouvel éditorial publié dans la revue décrit comment il a été découvert qu’un fabricant de vaccins chinois avait falsifié des registres de production et d’inspection et modifié de façon arbitraire les paramètres des procédures de fabrication ainsi que l’équipement durant sa production de vaccins lyophilisés contre la rage humaine.

En outre, des vaccins DCT non conformes ont été administrés à 215 184 enfants chinois, selon les chiffres rapportés, et 400 520 vaccins DCT non conformes ont été vendus dans la province du Hebei et la ville de Chongqing.

Le 25 juillet, l’organe de réglementation chinois des médicaments a lancé une enquête auprès de tous les producteurs de vaccins du pays. Un certain nombre de personnes ont été placées en détention par les autorités chinoises.

Ce dernier scandale de vaccins fait suite à une série de problèmes liés à des aliments ou des médicaments contrefaits ou non conformes en Chine. De nombreux parents ont ainsi perdu confiance dans le système vaccinal, indique l’éditorial.

Bien qu’aucun cas de décès ni aucun cas d’autres conséquences sévères en lien avec les vaccins antirabiques et DTC non conformes n’ait été documenté à la date du 31 juillet, les vaccins non conformes sont présentés comme étant toxiques sur les réseaux sociaux.

L’éditorial exhorte le gouvernement chinois à réformer le système de réglementation des vaccins du pays là où cela est nécessaire, afin de restaurer la confiance du public.