Impact de la prise de poids excessive et de l’obésité durant la grossesse

  • Lautredou M & al.
  • Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude observationnelle française montre que l’obésité et la prise de poids excessive durant la grossesse sont des facteurs de risque indépendants de diabète gestationnel, de césarienne et de macrosomie chez les femmes enceintes.
  • L’obésité maternelle serait associée à un risque accru d’hémorragie post-partum mais pas de thrombose veineuse durant la grossesse.
  • De nouvelles études pourraient contribuer à mieux comprendre si les modifications du mode de vie peuvent être favorables.

Pourquoi est-ce important ?

En France, l’étude EPOPE (équipe de recherche en EPidémiologie Obstétricale PErinatale et PEdiatrique) a montré une nette augmentation de l’obésité chez les femmes entre 2003 et 2016, passant de 7,5% à 11,8%. En 2009, The Institute of Medecine (IOM) a publié des recommandations préconisant un gain de poids optimal durant la grossesse de 5 à 9 kilos chez les femmes obèses, contre 11,5 à 16kg chez les femmes ayant un IMC normal avant leur grossesse.

 

Méthodologie

3.599 femmes ayant accouché entre avril 2013 et mai 2015 à l’hôpital universitaire de Brest ont été incluses consécutivement dans la cohorte HPP-IPF. Les données cliniques et les marqueurs biologiques d’hémorragie post-partum (HPP) de ces femmes ont été évalués. L’obésité maternelle était définie par un indice de masse corporel (IMC) ≥30kg/m2 ou un gain excessif de poids durant la grossesse selon les recommandations de l’IOM de 2009. Les complications obstétricales comprenaient le diabète gestationnel, l’hypertension gestationnelle, la pré-éclampsie, la thromboembolie veineuse, l’hémorragie post-partum, la césarienne et la macrosomie.

 

Principaux résultats

Sur les 3.162 femmes suivies, 18,4% étaient en surpoids et 12,7% étaient obèses avant leur grossesse. Plus des deux tiers (67,2%) des femmes ne répondaient pas aux recommandations de l’IOM de 2009, dont 36,6% qui avaient pris du poids de manière excessive durant leur grossesse et 30,6% avaient une prise de poids insuffisante.

Après ajustement sur les facteurs confondants, les femmes en surpoids et obèses (avant leur grossesse) avaient un risque de diabète gestationnel respectivement 2,56 fois et 5,83 fois plus élevé par rapport à celles qui avaient un IMC normal avant leur grossesse (odds ratio 2,56 [1,92-3,42] et 5,83 [4,37-7,79]). Le risque de césarienne était également augmenté en cas de surpoids et d’obésité (respectivement OR 1,49 [1,16-1,91] et 2,50 [1,92-3,26]). Le surpoids était également associé au risque accru d’événement thromboembolique veineux (OR 6,46 [1,16-36,03]) et l’obésité était associée au risque accru d’hémorragie post-partum (OR 1,69 [1,19-2,41]) et de macrosomie (OR 1,90 [1,31-2,76]).

Limitations

Étude monocentrique.