Impact de l’hormonothérapie sur le risque cardiovasculaire durant la transition de genre


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les patients recevant une hormonothérapie dans le cadre de leur traitement de transition de genre pourraient courir un risque plus élevé d’événements cardiovasculaires, selon une nouvelle recherche publiée dans la revue Circulation, de l’Association américaine du cœur (American Heart Association).

Les résultats se basent sur l’analyse de dossiers médicaux de 2 517 femmes transgenres, qui avaient reçu des œstrogènes avec ou sans anti-androgènes, et de 1 358 hommes transgenres, qui avaient reçu de la testostérone, dans le cadre de leur transition, dans une clinique de genre aux Pays-Bas entre 1972 et 2015. 

L’étude a révélé que l’incidence des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et des événements de thromboembolie veineuse était plus élevée chez les femmes transgenres ayant reçu une hormonothérapie pour transgenre (HTT), par rapport aux femmes et hommes de référence. De plus, les femmes transgenres et les hommes transgenres ayant reçu une HTT présentaient un risque plus élevé d’infarctus du myocarde, par rapport aux femmes de référence. 

« À la lumière de nos résultats, nous exhortons les médecins et les personnes transgenres à prendre conscience de ce risque cardiovasculaire accru », a indiqué l’auteur de l’étude, le Dr Nienke Nota, du Centre médical universitaire d’Amsterdam aux Pays-Bas. « Il pourrait s’avérer utile de réduire les facteurs de risque en arrêtant le tabagisme, en pratiquant une activité physique, en ayant une alimentation saine et en perdant du poids, si nécessaire, avant de commencer le traitement. Les cliniciens devraient par ailleurs continuer à évaluer régulièrement les patients par la suite. »