Immunisation à administration prolongée : une stratégie alternative possible de vaccination contre le VIH


  • Daniela Ovadia - Agenzia Zoe
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Deux méthodes indépendantes d’immunisation à administration prolongée ont amélioré la formation d’anticorps neutralisants (Abn) dirigés contre le VIH chez les macaques rhésus (MR).
  • Des analyses hebdomadaires longitudinales des centres germinatifs (CG) ont montré que l’immunisation à administration prolongée module l’immunodominance des lymphocytes B et les réponses des lymphocytes T auxiliaires folliculaires (TFH).
  • Des stratégies visant à accroître les réponses humorales et des CG à l’immunisation devraient être nécessaires pour la mise au point de vaccins contre le VIH.

 

L’immunodominance des lymphocytes B (phénomène au cours duquel les lymphocytes B qui reconnaissent un site épitopique dominent une réponse aux dépens des lymphocytes B qui reconnaissent d’autres sites) et la quantité et qualité des CG pourraient rendre les stratégies d’immunisation conventionnelles insuffisantes pour le développement d’un vaccin Abn anti-VIH-1 à large spectre. Les auteurs ont examiné les réponses immunitaires aux trimères d’Env chez les MR au moyen de nouveaux outils et de l’immunologie comparative entre l’immunisation conventionnelle et l’immunisation à administration prolongée, qui imite de plus près l’infection aiguë naturelle.

Les auteurs ont étudié 2 méthodes indépendantes d’immunisation à administration prolongée : les pompes osmotiques (PO) non mécaniques et l’immunisation par dose progressive (DP). Les MR étaient immunisés avec la protéine trimère Env quasi-native soluble dans un adjuvant saponine de classe ISCOM soluble.

Dans l’étude des PO, les MR ont été immunisés par voie sous-cutanée selon 3 stratégies d’administration : immunisation par bolus conventionnel (n=3), PO en 2 temps à 2 semaines (n=4) ou 4 semaines (n=4) (semaines 0 et 8).

Dans l’étude sur la DP, le groupe témoin (n=6) a reçu des immunisations par bolus conventionnel aux semaines 0, 10 et 24. Les animaux sous DP (n=6) recevaient une série de 7 injections sur 2 semaines.

Pour déterminer la cinétique de la réponse des CG à l’immunisation primitive, des ponctions ganglionnaires longitudinales à l’aiguille fine ont permis de prélever chaque semaine des échantillons de ganglion lymphatique inguinal de drainage dans chaque membre postérieur.

Une nouvelle référence de locus d’immunoglobuline génomique de MR a été utilisée.

Les résultats montrent que les animaux ayant reçu une immunisation à administration prolongée ont obtenu des réponses des lymphocytes TFH plus solides et des cellules BCG avec des liaisons à Env améliorées. Les titres d’Abn autologues maximaux étaient >20 fois plus élevés chez les animaux ayant reçu une immunisation à administration prolongée (~30 fois chez les MR sous DP) par rapport aux MR sous bolus. Les deux stratégies d’administration prolongée ont entraîné considérablement plus de recrutement de lignées cellulaires B spécifiques à Env. Le mappage des anticorps a démontré que les MR ayant reçu une immunisation à administration prolongée ciblaient une série plus diverse d’épitopes tandis que les MR sous bolus ciblaient des épitopes non neutralisants immunodominants.

L’immunisation par PO nécessite une intervention chirurgicale, ce qui rend cette immunisation peu pratique pour les stratégies de vaccination à grande échelle, tandis que la DP est immédiatement disponible sur le plan technique.