Il est essentiel d’intensifier la vaccination contre le VPH pour réduire le nombre de cas de cancer du col de l’utérus, avertit une agence de l’OMS

  • International Agency for Research on Cancer
  • International Agency for Research on Cancer
  • 4 févr. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

« Des rumeurs infondées sur les vaccins contre le VPH » continuent de retarder inutilement l’intensification de la vaccination contre le VPH, laquelle est nécessaire de toute urgence pour prévenir le cancer du col de l’utérus, a averti le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

À l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer au début du mois, le CIRC a publié un communiqué soutenant pleinement la position de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur la vaccination contre le VPH, confirmant « sa sécurité, son efficacité et son caractère essentiel dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus ».

Les derniers chiffres du CIRC montrent que, selon les estimations, 570 000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus ont été diagnostiqués dans le monde en 2018, faisant de ce dernier le quatrième cancer féminin le plus fréquent à l’échelle mondiale.

Chaque année, plus de 310 000 femmes décèdent d’un cancer du col de l’utérus et environ 90 % de ces décès surviennent dans des pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI).

Les prévisions du CIRC montrent que, si des mesures préventives ne sont pas mises en œuvre rapidement, le fardeau du cancer du col de l’utérus devrait augmenter pour atteindre près de 460 000 décès par an d’ici 2040, soit une augmentation de près de 50 %, par rapport au nombre de décès estimé en 2018.

L’augmentation relative la plus importante se produira dans les PRFI, lesquels sont confrontés à des difficultés majeures dans la mise en œuvre de programmes de vaccination contre le VPH et de politiques efficaces de dépistage et de contrôle, a déclaré le CIRC, qui mène actuellement d’autres recherches en lien avec le vaccin contre le VPH.