Il convient d’accorder une plus grande attention aux cas « mineurs » d’insuffisance rénale aiguë


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des experts ont averti qu’une plus grande attention est nécessaire pour cibler les événements d’insuffisance rénale aiguë (IRA) dits « mineurs ». Cette conclusion fait suite à des résultats démontrant une hausse des événements d’IRA et en particulier d’IRA de stade 1 parmi des patients en Irlande au cours de la décennie passée. 

Les chercheurs ont examiné les données provenant du système national de surveillance des maladies rénales de l’Irlande qui couvrent plus de 450 000 patients au sein du système de santé irlandais de 2005 à 2014. 

Ils ont identifié près de 41 000 épisodes d’IRA et ont découvert que les taux d’incidence ont augmenté de 5,48 en 2005 à 12,39 pour 100 patients-années en 2014. La forme la plus courante d’IRA parmi les patients était l’IRA de stade 1, avec des taux augmentant de 4,4 % à 10,1 % durant cette période, tandis que l’IRA de stade 3 a augmenté de 0,46 % à 0,81 %. 

« Nous avons été intrigués par le fait que la majeure partie de la hausse de l’incidence de l’IRA était due à une hausse des cas d’IRA de stade 1 et non pas à une hausse des cas d’IRA de stades 2 ou 3. Ce résultat suggère qu’il conviendrait de porter à l’échelle mondiale une plus grande attention au fait de cibler ces événements d’IRA en apparence mineurs et d’empêcher l’évolution de ces événements vers des formes plus sévères d’IRA », a déclaré le professeur Austin Stack, de l’Hôpital universitaire Limerick (University Hospital Limerick) en Irlande. 

Les résultats ont été publiés dans la revue Nephrology Dialysis and Transplantation