IDWeek 2020 — COVID-19 : l’expérience japonaise


  • Kara Gilbert
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Takuya Yamagishi, docteur en médecine et PhD, directeur du centre de recherche sur la résistance aux antimicrobiens (RAM) à l’Institut national japonais des maladies infectieuses (INMI), a joué un rôle essentiel dans les recherches épidémiologiques réalisées sur le navire de croisière Diamond Princess en février 2020.

L’épidémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est la plus grande épidémie observée sur un bateau de croisière à ce jour, avec 712 cas confirmés de COVID-19 et 13 décès. La quarantaine basée sur le navire a déclenché une grande opération de réponse de santé publique avec des défis uniques. Cette réponse a mis au jour d’intéressantes révélations sur l’épidémiologie du COVID-19, ce qui a entraîné des débats animés concernant l’opération de santé publique à l’époque.

En particulier, la majorité des personnes asymptomatiques infectées par le virus sont restées asymptomatiques tout au long de l’infection, la transmission des cas asymptomatiques était presque aussi probable que la transmission des cas symptomatiques, et l’isolement des passagers dans leur cabine empêchait la transmission entre les différentes cabines, mais pas la transmission à l’intérieur d’une même cabine.

La livraison de nourriture et de médicaments était essentielle, en particulier pour les patients atteints de pathologies chroniques sous-jacentes qui avaient pris tous leurs médicaments.