IDWeek 2020 — COVID-19: L’expérience en Asie-Pacifique


  • Pavankumar Kamat
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Trois experts des maladies infectieuses qui sont en première ligne des soins cliniques, de la recherche et des politiques partagent leurs expériences.

Ping-Ing Lee, docteur en médecine et PhD, de l’Hôpital pédiatrique national de l’Université de Taïwan (National Taiwan University Children’s Hospital), a déclaré que Taïwan était l’un des premiers pays à avoir mis en place une réponse rapide à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), peu après qu’une épidémie de pneumonie d’étiologie inconnue ait été identifiée en Chine et bien avant que l’OMS ait déclaré qu’il s’agissait d’une urgence de santé publique. Le pays a notamment mis en place des contrôles de santé sur les vols depuis Wuhan dès le 31 décembre 2019. Il a attribué la réussite de Taïwan en matière de prévention et de contrôle du COVID-19 à l’utilisation rigoureuse des masques et des procédures de désinfection de l’environnement. En ce qui concerne la prise de position du pays contre le confinement, il a déclaré : « Le confinement peut être efficace ; cependant, il est associé à une énorme perte économique ».

Dans sa présentation sur la comparaison entre le remdésivir et les corticostéroïdes, le Dr David Lye, MBBS, FRACP, FAMS, FRCP et directeur du Bureau de recherche sur les maladies infectieuses et de formation du Centre national des maladies infectieuses de Singapour (National Centre for Infectious Diseases), a déclaré : « Je pense que le remdésivir semble bien fonctionner comme antiviral lorsqu’il est administré de manière précoce, mais des études supplémentaires portant sur les stéroïdes seront nécessaires en raison des données probantes contradictoires produites par plusieurs ECR bien conçus et [leurs] effets secondaires potentiels. »

En ce qui concerne l’expérience de l’Australie, Allen C. Cheng, MBBS et PhD, de l’Université Monash (Monash University), a déclaré : « Il est possible de contrôler l’épidémie. Par deux fois, nous avons réussi à contrôler la situation grâce à des mesures assez draconiennes, mais chaque jour compte. »