IDWeek 2020 — COVID-19 : l’expérience chinoise


  • Sarfaroj Khan
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Dre Lei Zhou, docteure en médecine au Centre pour le contrôle et la prévention des maladies de Chine, a expliqué que la Chine avait déjà passé la première vague, mais que des résurgences à petite échelle continuent de survenir. Jusqu’à présent, un total de quatre vagues a été identifié. Elle a également indiqué que le traçage des contacts est intense et a mis en avant le cas du marché Xinfadi à Pékin, qui a été le site d’une flambée en juin 2020.

Gui-Qiang Wang, docteur en médecine, du département des maladies infectieuses au premier hôpital de l’Université de Pékin, a souligné l’importance de la TDM thoracique dans le diagnostic de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). « Au stade précoce de la maladie, les patients peuvent ne présenter aucun symptôme ; cependant, la pneumonie est visible à la TDM. De plus, une intervention précoce dans les groupes à haut risque et la surveillance des indicateurs signalant une progression de la maladie sont extrêmement importantes », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne le traitement, il a déclaré : « Un traitement antiviral précoce devrait arrêter la progression, mais une évaluation demeure nécessaire ; le plasma convalescent est sûr et efficace, mais sa source est limitée ; la bonne population et le bon calendrier pour le traitement par stéroïdes doivent encore être étudiés ; la thymosine α est sûre, et son effet sur les résultats nécessite un essai clinique à grande échelle. »