IDWeek 2020 — COVID-19 : écueils diagnostiques


  • Sarfaroj Khan
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Jim Hugget, PhD, maître de conférences en microbiologie analytique à l’Université du Surrey (University of Surrey), a réalisé une présentation sur les performances analytiques et les limites de la détection moléculaire du SARS-CoV-2 au cours de laquelle il a souligné que les erreurs techniques au cours du processus de diagnostic de l’infection à SARS-CoV-2 constituent une source importante de variation. Il estime que la RT-qPCR Cq (Ct/Cp) est actuellement trop biaisée pour qu’un seuil unique soit largement utilisé, et que les résultats faux positifs sont probablement dus à une contamination.

Dana Wolf, docteure en médecine à l’unité de virologie clinique du Centre médical Hadassah de l’Université hébraïque de Jérusalem, a présenté une analyse de données à grande échelle portant sur plus de 133 000 échantillons groupés qui a révélé que le regroupement d’échantillons est très efficace sur un large éventail de taux de prévalence (de moins de 1 % à 6 %). « Les données probantes empiriques que nous avons obtenues offrent une forte projection de la faisabilité et des bénéfices du regroupement dans le contexte actuel de la pandémie, afin d’améliorer les processus continus de surveillance, de contrôle et de déconfinement des communautés », a-t-elle déclaré.

Corine Geurts van Kessel, docteure en médecine et PhD, du département de virologie de l’Université Erasmus de Rotterdam, dans le cadre d’une discussion sur le dépistage des anticorps (Ac) contre le SARS-CoV-2, a souligné que la cinétique des Ac dépend de la gravité de la maladie. Une fois que le titre d’Ac neutralisants atteint 1:80, le virus ne peut plus être mis en culture. La longévité de la réponse des Ac ne semble pas claire du tout. Certaines populations ont perdu la réponse des Ac plus rapidement que d’autres, et une réinfection par le même coronavirus saisonnier survient plus fréquemment. « Les cas de réinfection nous indiquent que nous ne pouvons pas compter sur l’immunité acquise grâce aux infections naturelles pour atteindre l’immunité de groupe », a-t-elle déclaré.