IDWeek 2019 — Un traitement oral partiel des infections osseuses et articulaires rivalise avec le traitement IV


  • Marielle Fares, Pharm.D.
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L'antibiothérapie orale est non inférieure à l'antibiothérapie intraveineuse (IV) lorsqu'elle est utilisée au cours des 6 premières semaines en cas d'infections orthopédiques, d'après l'évaluation de l'échec thérapeutique à 1 an.

Pourquoi est-ce important ?

  • L'antibiothérapie orale est non inférieure au traitement IV dans cette indication et pourrait être envisagée pour réduire la durée de séjour hospitalier et le taux de complications.

Méthodologie 

  • Essai clinique britannique randomisé multicentrique en ouvert portant sur 1 054 patients atteints d'ostéomyélite, d'infections articulaires, d'infection sur prothèse articulaire ou d'infection sur dispositif de fixation.
  • Sept jours après l'intervention chirurgicale ou après avoir commencé l'antibiothérapie, les patients ont été randomisés pour recevoir une antibiothérapie orale (n = 509) ou IV (n = 509) pendant 6 semaines.
  • Agents : Staphylococcus aureus (38 %), staphylocoques à coagulase négative (27 %), streptocoques (14 %), Pseudomonas (5 %), autres.
  • Critère d'évaluation principal : échec thérapeutique avéré dans l'année ; marge de non-infériorité de 7,5 %.

Principaux résultats 

  • Échec thérapeutique chez 74 patients (14,6 %) vs 67 (13,2 %) dans le groupe recevant le traitement oral.
  • La différence de risque d'échec thérapeutique avéré était de −1,4 point (IC à 95 % : −5,6 à 2,9), démontrant la non-infériorité.
  • Aucune différence intergroupe significative pour les événements indésirables (27,7 % dans le groupe IV contre 26,2 % dans le groupe oral), mais les complications liées au cathéter étaient plus fréquentes dans le groupe IV (9,4 % contre 1,0 %). 

Limitations

  • Période de suivi courte compte tenu des risques d'échec à long terme dans l'ostéomyélite.