IDWeek 2019 — Les salmonelles résistantes, plus fréquentes dans la viande de volaille issue de l'agriculture conventionnelle que de l'agriculture biologique


  • Marielle Fares, Pharm.D.
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les échantillons de viande issue de l'agriculture conventionnelle ont plus de risques de contenir des Salmonella non typhiques (SNT) résistantes aux antibiotiques que la viande « sans antibiotiques » ou biologique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les infections à SNT résistantes aux antibiotiques posent un problème de santé publique.
  • L'utilisation excessive d'antibiotiques chez les animaux peut entraîner une antibiorésistance.

Méthodologie

  • Un antibiogramme et un séquençage du génome entier ont été réalisés sur 320 isolats de Salmonella issus de 3 481 échantillons de viande de volaille prélevés au hasard dans des points de vente en Pennsylvanie entre 2008 et 2017.
  • La présence de Salmonella a été comparée dans les échantillons de viande issue de l'agriculture conventionnelle et ceux de viande « sans antibiotiques » ou biologique.

Principaux résultats

  • La prévalence de SNT était significativement supérieure dans la volaille issue de l'agriculture conventionnelle (10,2 % [280/2 733]) par rapport à la volaille « sans antibiotiques » (5,3 % [40/748] ; p 
  • Les isolats de Salmonella obtenus dans la viande issue de l'agriculture conventionnelle étaient plus susceptibles de présenter une résistance à au moins 3 médicaments (55 % [154/280]) que ceux provenant de volaille « sans antibiotiques » (27,5 % [11/40] ; p = 0,0011).
  • En outre, les Salmonella présentes dans la viande issue de l'agriculture conventionnelle étaient significativement plus susceptibles de présenter une résistance à 4 classes de médicaments, y compris aux bêtalactames (p = 0,006).
  • 100 isolats de Salmonella obtenus dans la viande issue de l'agriculture conventionnelle contre 8 isolats provenant d'échantillons « sans antibiotiques » et biologiques étaient porteurs d'un gène de résistance aux bêtalactames.
  • 24,3 % (68/280) des isolats obtenus dans la viande issue de l'agriculture conventionnelle contre 7,5 % (3/40) des isolats provenant d'échantillons « sans antibiotiques » contenaient le gène de résistance aux bêta-lactamases à large spectre blaCMY-2 (p = 0,0145).

Limitations

  • Ces résultats ont été présentés sans évaluation par les pairs lors d'une conférence.
  • Les échantillons provenant d'une seule zone, la possibilité de généraliser est indéterminée.