IDWeek 2019 — Le céfidérocol est non inférieur au méropénem dans la pneumonie nosocomiale à Gram négatif


  • Marielle Fares, Pharm.D.
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients gravement malades atteints de pneumonie nosocomiale, le céfidérocol (CFDC) est non inférieur au méropénem à forte dose concernant la mortalité toutes causes confondues à 14 jours, sans nouveau signal de sécurité.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le CFDC pourrait être envisagé chez les patients fortement exposés à une pneumonie nosocomiale ou à une pneumonie sous ventilation due à des pathogènes multirésistants à Gram négatif.

Méthodologie 

  • Étude internationale de non-infériorité randomisée, menée en double aveugle. 
  • Parmi les patients, 59 % étaient sous ventilation, 32 % avaient déjà connu un échec thérapeutique et 6 % présentaient une bactériémie à Gram négatif à l'entrée dans l'étude.
  • À l'entrée dans l'étude, 83 % des pathogènes étaient à Gram négatif (en général Klebsiella pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa, Acinetobacter baumannii, Escherichia coli).
  • Le traitement consistait en 2 g de CFDC ou de méropénem administrés toutes les 8 heures pendant 7-14 jours avec traitement d'appoint au linézolide.
  • Critère d'évaluation principal : non-infériorité en matière de mortalité toutes causes confondues à 14 jours (marge de non-infériorité : −12,5 %)
  • Critères d'évaluation secondaires : résultats cliniques et microbiologiques au test de guérison, mortalité à 28 jours.

Principaux résultats

  • Mortalité toutes causes confondues comparable à 14 jours :
    • 12,4 % dans le groupe CFDC (18/145) contre 11,6 % dans le groupe méropénem (17/146).
      • Différence intergroupe : 0,8 (IC à 95 % : −6,6 à 8,2).
  • La mortalité toutes causes confondues à 28 jours était également comparable dans les deux groupes (21 % CFDC contre 20,5 % méropénem), tout comme la guérison clinique (64,8 % contre 67 %) et l'éradication des microorganismes (47,6 % contre 48 % au test de guérison).
  • Taux intergroupes comparables d'événements indésirables survenus pendant le traitement et liés au médicament, d'arrêts du traitement et de décès.

Limitations

  • Présenté sans évaluation par les pairs lors d'une conférence.