IDWeek 2019 — Actualisation 2019 des recommandations pour le traitement de la pneumonie communautaire


  • Marielle Fares, Pharm.D.
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • En 2019, l'Infectious Diseases Society of America et l'American Thoracic Society ont actualisé leurs recommandations en matière de traitement de la pneumonie communautaire (PC).
  • Les principales mises à jour stipulent de ne pas différer le traitement initial à base de procalcitonine, recommandent fortement une monothérapie par bêtalactame chez les patients en consultation externe et indiquent de ne pas administrer systématiquement de stéroïdes sauf en cas de réponse inflammatoire importante.

Pourquoi est-ce important ?

  • Avant la publication des recommandations de 2007 relatives à la PC, l'usage des antibiotiques était inapproprié.  

Principales recommandations

  • Patients en consultation externe :  
    • Les macrolides sont associés à une baisse de la mortalité par rapport aux quinolones.
    • En l'absence de comorbidités ou de facteurs de risque d'infection à Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM) ou d'infection à Pseudomonas aeruginosa :
      • Amoxicilline, doxycycline ou macrolide (si la résistance locale des pneumocoques est
    • En présence de comorbidités :
      • Amoxicilline/acide clavulanique ou céphalosporine + macrolide ou doxycycline, ou fluoroquinolone en monothérapie.
    • Données en faveur d'une quinolone en monothérapie.
  • Patients hospitalisés :
    • Les bêtalactames ne sont pas recommandés en monothérapie, mais doivent être utilisés en association avec des macrolides.
      • Bêtalactame + macrolide, ou fluoroquinolone.
      • Bêtalactame + macrolide, ou fluoroquinolone en cas de pneumonie sévère.
  • Autres critères « mineurs » suggérés en cas de PC sévère :
    • Hyponatrémie, thrombocytose et anomalies du CO2 artériel. 
  • Zones d'incertitude :
    • Rôle du traitement par antitoxine (linézolide, clindamycine ou rifampicine) pour la PC à SARM. 
    • Traitement optimal pour la pneumonie d'aspiration.
    • Rôle des macrolides dans la PC sévère.
    • Rôle de l'omadacycline et de la léfamuline, de nouveaux antibiotiques.
  • Les informations présentées ci-dessus constituent un résumé. Pour plus d'informations, les praticiens doivent consulter les recommandations complètes.