IDWeek 2018 — Lutter contre les Enterobacteriaceae résistantes et d'autres pathogènes à Gram négatif


  • Emily Willingham, PhD
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Aux États-Unis, environ 1 % des microorganismes issus de cultures urinaires réalisées en ambulatoire sont résistants à toutes les classes couramment disponibles d'antibiotiques oraux.
  • Il en découle que près de 150 000 cas d'infections urinaires non compliquées (IUnc) pourraient ne pas répondre au traitement par les antibiotiques oraux actuellement disponibles.
  • Selon d'autres résultats, l'association imipénem-rélébactam (IMI/REL) montre une « puissante » activité in vitro contre la plupart des Enterobacteriaceae, dont Klebsiella pneumoniae, et contre Pseudomonas aeruginosa.

Pourquoi est-ce important ?

  • La résistance aux quinolones, aux β-lactamines, à l'association triméthoprime-sulfaméthoxazole (T/S) ou à la nitrofurantoïne (NFH) d'un nombre croissant d'IUnc constitue une menace importante en diminuant les chances d'efficacité du traitement oral empirique.
  • L'association IMI/REL a été testée sur des isolats prélevés dans le monde entier dans le cadre du programme de surveillance SMART .

Principaux résultats

  • 0,9 % des cultures d'IUnc réalisées en ambulatoire étaient porteuses d'Enterobacteriaceae résistantes à l'association T/S, à la NFH et aux quinolones et étaient positives aux bêta-lactamases à spectre étendu.
  • Le taux d'hospitalisation de ces cas était de 28 %.
  • L'association IMI/REL a montré une activité > 90 % contre 7 des 10 principales espèces d'Enterobacteriaceae, avec des performances généralement supérieures de 5-35 points de pourcentage à celles des comparateurs.
  • La puissance d'action était similaire sur les infections urinaires, respiratoires ou intra-abdominales.
  • Cette association s'est en outre montrée supérieure aux comparateurs contre P. aeruginosa, avec 15-25 points de pourcentage d'activité en plus.
  • Les seuls médicaments obtenant de meilleurs résultats étaient l'amikacine et la colistine, qui présentent tous deux des inconvénients.

Méthodologie

  • Les données sur les IUnc provenaient de la base de données BD Insights sur les antécédents de prescription d'antibiotiques ; 15 centres américains.
  • Le critère d'évaluation était l'hospitalisation ou le recours à un autre antibiotique oral dans un délai de 28 jours.
  • Les données de l'étude SMART ont impliqué 54 pays et 188 hôpitaux en 2018, chacun d'eux contribuant à hauteur de 100 pathogènes issus d'échantillons infectieux.
  • Financement : Iterum Therapeutics (IUnc) ; Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis (IMI/REL).

Limitations

  • Résultats non soumis à un comité de lecture.