ICER : l’apalutamide et l’enzalutamide s’avèrent rentables dans le cadre du CPRC

  • Institute for Clinical and Economic Review
  • Institute for Clinical and Economic Review
  • 4 oct. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le rapport de données probantes de l’Institut de revue clinique et économique (Institute for Clinical and Economic Review, ICER) révèle un bénéfice de santé net substantiel avec l’ajout d’apalutamide ou d’enzalutamide à un traitement par privation androgénique (TPA) chez les patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) non métastatique.
  • Les deux traitements sont rentables.
  • L’association d’acétate d’abiratérone et de prednisone offre un bénéfice de santé net faible à substantiel, comparativement au TPA seul.

Pourquoi est-ce important ?

  • Avant l’arrivée de l’apalutamide et de l’enzalutamide, le TPA seul était la seule alternative thérapeutique pour les patients atteints d’un CPRC.

Protocole de l’étude

  • L’ICER a passé en revue quatre études cliniques (SPARTAN, PROSPER, IMAAGEN, et un essai de phase II sur l’apalutamide) et a réalisé une analyse du rapport coût/efficacité à long terme.
  • Financement : bourses gouvernementales ; fondations à but non lucratif.

Principaux résultats

  • L’apalutamide/enzalutamide en association à un TPA a permis d’obtenir un bénéfice de santé net substantiel, comparativement au TPA seul.
  • Associé à un TPA, l’acétate d’abiratérone offre un bénéfice de santé net faible à substantiel, comparativement au TPA seul.
  • Les données probantes de comparaison entre les trois anti-androgènes n’étaient pas concluantes.
  • L’apalutamide et l’enzalutamide ont démontré un gain de 1,59 et 1,5 année de vie pondérée par la qualité (Quality-Adjusted Life Year, QALY) respectivement, et ont augmenté le coût du traitement de 68 000 USD et de 84 000 USD, respectivement, comparativement au TPA seul.
    • Dans les deux cas, les coûts se situaient dans la tranche généralement acceptable de 50 000 USD à 150 000 USD par QALY.

Limites

  • Manque de données à long terme sur la SG et de comparaisons directes entre les différents traitements.