ICER : l’apalutamide et l’enzalutamide s’avèrent rentables dans le cadre du CPRC

  • Institute for Clinical and Economic Review
  • Institute for Clinical and Economic Review
  • 24 août 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le rapport de données probantes de l’Institut de revue clinique et économique (Institute for Clinical and Economic Review, ICER) révèle un bénéfice de santé net substantiel avec de l’apalutamide ou de l’enzalutamide associé à un traitement par privation androgénique (TPA), chez les patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) non métastatique, comparativement au TPA seul.
  • Les deux traitements sont rentables.
  • Associé à la prednisone, l’acétate d’abiratérone offre un bénéfice de santé net faible à substantiel, comparativement au TPA seul.

Pourquoi est-ce important ?

  • Avant l’arrivée de l’apalutamide et de l’enzalutamide, le TPA seul était la seule alternative thérapeutique pour les patients atteints d’un CPRC.

Protocole de l’étude

  • L’ICER a examiné quatre études cliniques (SPARTAN, PROSPER, IMAAGENet un essai de phase II sur l’apalutamide) et réalisé une analyse de la rentabilité à long terme.
  • Financement : bourses gouvernementales ; fondations à but non lucratif.

Principaux résultats

  • L’association d’un TPA et d’apalutamide ou d’enzalutamide a permis d’obtenir un bénéfice de santé net substantiel, comparativement au TPA seul.
  • Associé à un TPA, l’acétate d’abiratérone offre un bénéfice de santé net faible à substantiel, comparativement au TPA seul.
  • Les données probantes de comparaison entre les trois anti-androgènes n’étaient pas concluantes.
  • L’apalutamide et l’enzalutamide ont démontré un gain d’environ 1,5 année de vie pondérée par la qualité (Quality-Adjusted Life Year, QALY) et une augmentation du traitement de 68 000 USD et de 84 000 USD, respectivement, comparativement au TPA seul.
    • Dans les deux cas, les coûts se situaient dans la tranche généralement acceptable de 50 000 USD à 150 000 USD par QALY.

Limites

  • Manque de données à long terme sur la SG et de comparaisons directes entre les différents traitements.