ICAAC : L'incidence des infections à Clostridium difficile (ICD) a quasiment doublé dans les hôpitaux américains entre 2001 et 2010


  • RSi Communications
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon des données présentées lors de la conférence ICAAC, qui s'est tenue en septembre à Denver (États-Unis), l'incidence des infections à Clostridium difficile (ICD) dans les établissements hospitaliers américains a presque doublé entre 2001 et 2010, et aucune donnée n'atteste réellement d'un récent déclin. En outre, aucune baisse significative de la mortalité ou de la durée d'hospitalisation n'a été mise en évidence. 

Selon les chercheurs, les ICD sont associées à une forte mortalité et à une utilisation considérable des ressources. Environ 9 % des hospitalisations pour ICD aboutissent au décès du patient, contre 2 % pour le reste des hospitalisations. 

Des chercheurs de l'Université du Texas à Austin (États-Unis) ont démontré que l'incidence des ICD a augmenté de 4,5 cas pour 1 000 hospitalisations en 2001 à 8,2 cas pour 1 000 hospitalisations en 2010. Ils ont également quantifié la mortalité et la durée d'hospitalisation d'un échantillon longitudinal de patients atteints d'ICD. La mortalité a varié tout au long de la période d'étude, avec un pic en 2003 (8,7 %) et un taux au plus bas en 2009 (5,6 %). La durée d'hospitalisation médiane était de huit jours et est quant à elle restée stable sur toute la période d'étude. 

Les chercheurs de l'Université du Texas ont basé leurs travaux sur des données des études NHDS (National Hospital Discharge Surveys) des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).