Ibuprofène : 400 mg suffisent-ils pour soulager la douleur à court terme ?

  • Motov S & al.
  • Ann Emerg Med
  • 2 août 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Aux urgences, une posologie unique de 400 mg d’ibuprofène permettrait d’obtenir un soulagement de la douleur aiguë aussi cliniquement significatif qu’une posologie de 600 ou de 800 mg. Ce résultat, issu d’une étude monocentrique américaine, laisse entendre que la dose antalgique plafond est de 400 mg. S’il est probable que l’activité antalgique obtenue à partir d’une posologie supérieure soit prolongée, ce travail suggère que le soulagement à court terme de la douleur peut être obtenu à partir de la plus petite dose minimale efficace. Une alternative intéressante, étant donné le risque d’évènements indésirables liés à des posologies supérieures pouvant se manifester dans les heures qui suivent, bien souvent une fois le patient sorti du service. Les auteurs plaident plus volontiers pour une réévaluation de la douleur.

Méthodologie

Cette étude a été menée dans un service d’urgences new-yorkais. Elle a inclus 225 patients de 18 ans ou plus nécessitant un traitement antalgique par ibuprofène : ils ont été randomisés en double aveugle entre les trois posologies (400, 600 et 800 mg per os ). La douleur était évaluée par échelle d’évaluation numérique avant puis 60 minutes après la prise du traitement. Les évènements indésirables étaient parallèlement notifiés.

Principaux résultats

Chaque bras de l’étude regroupait 75 patients (43-45 ans en moyenne), dont 55 à 61% présentaient des douleurs musculo-squelettiques (entorses, élongations, fractures) et 27 à 32% des douleurs cutanées (abcès, lacérations, rash).

Le score de douleur moyen était de 6,48, de 6,35 et de 6,46 sur 10 dans les groupes 400, 600 et 800 mg à l’inclusion. Soixante minutes après la prise, il était respectivement de 4,36, de 4,5 et de 4,5 soit une réduction respective de 2,12, de 1,85 et de 1,95 entre les deux temps de l’évaluation, sans différence significative entre les groupes.

Aucun évènement indésirable n’a été observé au cours du suivi. Par ailleurs, le recours à un antalgique de secours a concerné 4 patients des groupes 400 et 800 mg, et 1 patient du groupe 600 mg.