Ibrutinib : les infections fongiques invasives sont plus fréquentes que prévu dans le cadre de la LLC et du LNH

  • Ruchlemer R & al.
  • Mycoses
  • 13 sept. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les patients atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) ou d’un lymphome non hodgkinien (LNH) traités par ibrutinib, l’incidence des infections fongiques invasives (IFI), ainsi que la mortalité, étaient plus élevées que prévu.

Pourquoi est-ce important ?

  • La sécurité d’emploi pourrait être améliorée grâce à une meilleure sensibilisation à la fréquence des IFI dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée pour examiner la prévalence des infections fongiques invasives (IFI), chez des patients atteints d’une LLC ou d’un LNH traités par ibrutinib.
  • Les données provenaient de 22 établissements situés dans 8 pays.
  • L’âge médian au moment de l’instauration du traitement par ibrutinib était de 68 ans (intervalle : 38–94).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 35 patients ont présenté une IFI (LLC : n = 26 ; LNH : n = 9).
  • Le délai médian entre l’instauration du traitement par ibrutinib et l’apparition des premiers symptômes d’lFI était de 45,5 jours (intervalle : 1–540).
  • L’aspergillose invasive (AI) était l’infection fongique la plus fréquente, survenue chez 22 patients.
  • Le site le plus fréquemment touché était les voies respiratoires, pour 69 % des patients.
  • Un diagnostic formel d’IFI a été posé chez 69 % des patients.
  • 91 % des patients ont arrêté l’ibrutinib et commencé un traitement antifongique après le diagnostic d’IFI.
  • Résultats relatifs à la mortalité :
    • Le taux de mortalité à 30 jours était de 43 %, pour lequel 77 % des décès étaient associés à une IFI.
    • Le taux de mortalité toutes causes confondues était de 69 %.
  • La prévalence globale estimée des IFI parmi les patients recevant de l’ibrutinib, selon les données locales (Israël), était de 2,4 %.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.