IAS 2019 — Un nouvel implant à élution de médicament semble prometteur en PrEP


  • Laura Vargas-Parada, Ph.D.
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir  

  • Un nouveau médicament candidat présenté sous la forme d’un implant à élution pourrait être utilisé pendant 12 mois en prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH, améliorant ainsi l’observance en éliminant la nécessité d’une administration fréquente. 

Pourquoi est-ce important ? 

  • L’observance des schémas thérapeutiques oraux quotidiens pour le traitement et la PrEP dans le cadre de l’infection à VIH reste un défi.
  • Le nouveau médicament (MK-8591, islatravir) offre une action durable et très puissante.
  • L’implant est conçu de manière similaire aux implants contraceptifs.
  • Les concentrations médicamenteuses restent au-dessus du seuil pendant au moins 12 mois.

Protocole de l’étude 

  • Essai de phase I, en double aveugle, contrôlé par placebo, mené auprès de 12 personnes en bonne santé.
  • Implant unique de MK-8591 (54 ou 62 mg) ou de placebo.
  • L’implant a été inséré en sous-cutané dans la partie supérieure du bras de la main non dominante. 
  • Les participants ont porté l’implant pendant 12 semaines pour évaluer la sécurité d’emploi et la tolérance.
  • Les profils pharmacocinétiques du médicament ont été mesurés et la durée avant laquelle la concentration devrait chuter sous le seuil établi a été estimée.

Principaux résultats  

  • Le seuil du médicament de 0,05 pmol/106 cellules pour la prophylaxie du VIH a été maintenu pendant toute la durée où l’implant était en place pour les deux doses.
  • Estimation des concentrations avec l’implant de 62 mg à 52 semaines : 0,076 pmol/106 cellules.
  • Estimation de la durée avant laquelle les concentrations chuteront sous 0,05 pmol/106 cellules : 70 semaines.
  • Les implants ont été bien tolérés pendant les 12 semaines, et aucun événement indésirable grave ou arrêt lié à un événement indésirable n’est survenu.
  • Aucune différence cliniquement significative n’a été observée entre le placebo et les 2 groupes d’implants.

Limites

  • Il s’agit de données préliminaires où seule la sécurité d’emploi a été analysée, avec un échantillon de petite taille, et qui ont été présentées lors d’une conférence sans examen par des pairs. 

Commentaires des experts 

  • Brenda Crabtree, médecin du personnel de la clinique VIH de l’Instituto Nacional de Ciencias Médicas y Nutrición Salvador Zubirán à Mexico et co-présidente scientifique au niveau local de l’IAS 2019, a noté que : « cette PrEP alternative est prometteuse, mais nous devons attendre de voir comment l’efficacité évolue en phases II et III. Cependant, [elle] est encourageante pour les personnes ayant des difficultés à prendre un comprimé tous les jours. En effet, avoir un implant serait une option intéressante. »