IAS 2019 — Les résultats de l’essai QUATUOR viennent bousculer le statu quo des schémas d’administration quotidienne


  • Laura Vargas-Parada, Ph.D.
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • L’essai ANRS 170 QUATUOR a comparé l’efficacité et la sécurité d’emploi d’un schéma de trithérapie standard pris 4 jours par semaine et d’un schéma quotidien avec une trithérapie antirétrovirale (TAR) actuelle (SAA), et a démontré une non-infériorité au niveau de la suppression virale. 

Pourquoi est-ce important ? 

  • L’administration d’une TAR une fois tous les deux jours pourrait permettre d’améliorer la tolérance, l’aspect pratique et le coût de la TAR en réduisant le nombre de comprimés que doivent prendre les personnes infectées par le VIH.

Protocole de l’étude 

  • Il s’agit d’un essai en ouvert de phase III.
  • Les participants ont été randomisés pour intégrer deux groupes qui recevaient divers schémas de trithérapie ; tous présentaient une suppression virale depuis plus de 12 mois.
  • Le critère d’évaluation principal était la proportion de participants présentant une réussite du traitement (charge virale [CV] inférieure à 50 copies/ml et aucune modification de la stratégie thérapeutique) à la semaine 48, telle qu’estimée selon la méthode de Kaplan-Meier, chez les participants recevant la stratégie thérapeutique à l’étude.

Principaux résultats  

  • Sélection : du 7 septembre 2017 au 22 janvier 2018. 
  • 636 patients sur 647 ont été inclus dans l’analyse de la population en intention de traiter modifiée (318 par groupe) :
    • Âge médian : 49 ans (intervalle interquartile : 41–55 ans).
    • 85 % des participants étaient des hommes.
    • CV inférieure à 50 copies/ml pendant 5,8 ans (3,3–9,6), numération des CD4 médiane de 689 cellules/ml (533–884) ; inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) : 56,3 % ont reçu l’association ténofovir disoproxil/emtricitabine (FTC), 16,3 % l’association ténofovir alafénamide (TAF)/FTC, 27,4 % l’association abacavir (ABC)/lamivudine (3TC) ; troisième agent : 6 % ont reçu un inhibiteur de la protéase, 46 % un agent non-INTI et 48 % un inhibiteur du transfert de brin de l’intégrase. 
  • Taux de réussite du traitement à la semaine 48 :
    • 95,6 % dans le groupe 4 jours sur 7, contre 97,2 % dans le groupe SAA (différence corrigée : -1,6 % ; IC à 95 % : -4,5 % à 1,3 %), ce qui a permis de démontrer une non-infériorité. 
    • 1,9 % des patients du groupe 4 jours sur 7 et 1,3 % des patients du groupe SAA ont présenté un échappement virologique. 
  • Aucune différence n’a été observée au niveau des événements indésirables entre les groupes. 
  • Une amélioration modérée du débit de filtration glomérulaire estimé a été observée dans le groupe 4 jours sur 7 : +5,5 ml/minute (-1,2 à +13,6) contre +1,3 ml/minute (-6,1 à +7,5) dans le groupe SAA (P 

Limites

  • Étude en cours, présentée lors d’une conférence sans examen par des pairs. 

Commentaires des experts 

  • Dans un communiqué, le président de l’IAS et président scientifique international de l’IAS 2019, Anton Pozniak, a déclaré : « À terme, les progrès de la science ont pour objectif d’offrir plus de choix aux personnes qui vivent avec le VIH. »