IAS 2019 — L’édition génomique semble prometteuse dans la lutte contre le VIH


  • Myriam Vidal Valero
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des chercheurs travaillent à éliminer l’infection à VIH à l’aide des technologies d’édition génomique.
  • Leur but est de rendre les cellules résistantes au VIH en perturbant le gène qui code le co-récepteur CCR5.
  • 8 patients sont actuellement traités dans le cadre cet essai.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’édition génomique pourrait contrôler l’infection à VIH par le biais de cellules conçues pour résister à l’infection.

Points clés

  • Des chercheurs travaillent à isoler les cellules souches humaines et à les programmer pour être CCR5 négatives.
  • Leur objectif est de contrôler la réplication du virus ou son éradication sans médicament en développant des traitements en un temps.
  • Les cellules souches extraites des patients sont traitées par busulfan pour permettre leur retour après la programmation.
  • À 9 mois, les patients qui présentent des cellules modifiées CCR5 négatives dans le sang peuvent faire l’objet d’une interruption analytique du traitement (IAT) et commencer à prendre des médicaments antirétroviraux afin de vérifier si le traitement a eu un effet quelconque.
  • Si le VIH revient, les chercheurs s’attendent à ce que les cellules modifiées aient un avantage sélectif dans le contrôle du virus.
  • 14 patients sont inclus, 8 ont été traités, dont 2 pendant une période suffisamment longue pour atteindre l’étape d’IAT.
  • La période de suivi prévue est de 15 ans.