IAS 2019 — GEMINI et TANGO : des essais de bithérapies remettent en question les trithérapies


  • Laura Vargas-Parada, Ph.D.
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Les paradigmes portant sur les trithérapies et les schémas posologiques quotidiens pour le traitement du VIH sont remis en question.
  • GEMINI et TANGO sont des études portant sur la sécurité d’emploi et l’efficacité du dolutégravir (DTG) associé à la lamivudine (3TC) en bithérapie pour les personnes :
    • Commençant un traitement pour la première fois ; ou
    • En suppression virale sous un autre schéma thérapeutique et changeant de traitement.  

Pourquoi est-ce important ? 

  • Réduire le nombre de médicaments que les patients doivent prendre pendant des décennies pourrait limiter leur exposition et les effets secondaires associés.
  • Les coûts peuvent également être réduits, ce qui permettrait de traiter davantage de patients. 
  • L’association de DTG et 3TC sous forme d’un comprimé unique a été autorisée pour le traitement du VIH-1 cette année aux États-Unis et en Europe. 

Protocole de l’étude 

  • GEMINI comprenait 2 essais de phase III, randomisés, conçus sur le même schéma, incluant 1 400 patients (GEMINI 1GEMINI 2). 
    • La sécurité d’emploi et l’efficacité de l’association de DTG et de 3TC chez les patients atteints d’une infection à VIH naïfs de traitement ont été comparées avec celles de la trithérapie (DTG, ténofovir, emtricitabine).
    • La nouvelle analyse comprend 96 semaines de données. 
  • TANGO : l’analyse initiale portait sur la sécurité d’emploi et l’efficacité du passage au DTG plus 3TC chez des patients en suppression virale avec la trithérapie (DTG, ténofovir, emtricitabine) ; N = 741 participants dans un essai de phase III, randomisé.

Principaux résultats  

  • GEMINI : La bithérapie était non inférieure à la trithérapie sur la période de 2 ans.
  • TANGO : après 24 semaines de traitement, la bithérapie était non inférieure pour atteindre et maintenir la suppression virale, ce qui suggère que le passage à la bithérapie pourrait être une option pour les patients sous trithérapie.
    • L’étude se poursuivra pendant 148 semaines.

Limites

  • Les deux études sont en cours.
  • TANGO n’était pas en double-aveugle.
  • Les résultats ont été présentés lors d’une conférence, sans examen par des pairs. 

Commentaires des experts  

  • Pedro Cahn, l’investigateur principal pour le programme d’étude GEMINI, et Jean van Wyk, le responsable médical mondial chez ViiV Healthcare, ont souligné qu’aucun patient n’avait développé de résistance dans GEMINI, tandis qu’aucun patient n’était en échappement virologique dans TANGO.