Hypotension intracrânienne spontanée : le diagnostic n’est souvent pas établi

  • D'Antona L & al.
  • JAMA Neurol
  • 4 janv. 2021

  • Par Susan London
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des céphalées non orthostatiques, des résultats normaux aux examens de neuro-imagerie et une pression d’ouverture normale à la ponction lombaire n’excluent pas la présence d’une hypotension intracrânienne spontanée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette affection entraîne une morbidité considérable, mais est souvent mal diagnostiquée.

Principaux résultats

  • Les symptômes les plus fréquents étaient :
    • les céphalées orthostatiques (92 %) ;
    • les nausées (54 %) ;
    • la cervicalgie/raideur du cou (43 %).
  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) cérébrale était l’examen diagnostique le plus sensible :
    • Une amélioration de la pachyméningite diffuse a été observée chez 73 % des patients.
    • L’IRM cérébrale était normale chez 19 % des patients.
  • Autres examens :
    • La neuro-imagerie rachidienne a identifié dans l’ensemble la présence de liquide céphalorachidien dans l’espace épidural chez 48 à 76 % des patients.
    • La myélographie rachidienne par soustraction numérique a identifié le site exact de la fuite chez 100 % des patients positifs.
    • La myélographie rachidienne par résonance magnétique avec administration de gadolinium par voie intrathécale a identifié le site exact de la fuite chez environ 75 % des patients positifs.
  • La pression d’ouverture à la ponction lombaire était :
    • faible chez 67 % des patients ;
    • normale (60–200 mmH2O) chez 32 % des patients ;
    • élevée chez 3 % des patients.
  • Le taux de réussite du traitement était de :
    • 28 % avec des mesures conservatrices ;
    • 64 % avec un premier patch sanguin épidural.
    • En fonction de la taille du patch :
      • 77 % avec un patch de 20 ml ou plus ;
      • 66 % avec un patch de moins de 20 ml.

Méthodologie

  • Une revue systématique et une méta-analyse de 144 articles ont porté en moyenne sur 53 patients atteints d’une hypotension intracrânienne spontanée (intervalle : 10–568 patients).
  • Critères d’évaluation principaux : la présentation clinique, les résultats aux examens et la réussite du traitement.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Hétérogénéité des études.
  • Manque d’essais contrôlés randomisés.
  • Les critères diagnostiques étaient différents.