Hypolipémiant chez les sujets âgés : est-ce une bonne idée ?

  • Gencer B & al.
  • Lancet
  • 21 nov. 2020

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une récente méta-analyse publiée dans The Lancet, offre l’opportunité de prendre un peu de recul sur les données actuellement disponibles permettant de juger de l’intérêt des hypolipémiants chez les sujets âgés vis-à-vis du risque cardiovasculaire majeur. Les conclusions de cette analyse montrent que les hypolipémiants apportent un bénéfice statistiquement significatif chez les sujets de 75 ans et plus en diminuant de 26% le risque d’événement cardiovasculaire majeur, de 27% le risque d’accident vasculaire cérébral, de 20% le risque d’infarctus du myocarde et de revascularisation coronarienne chirurgicale et de 15% le risque de décès. Ces données conforteraient donc l’usage de ces traitements pour les individus de cette tranche d’âge.

Pourquoi ces résultats sont-ils intéressants ?

Le peu de données disponibles sur le bénéfice clinique des hypolipémiants chez les plus âgés anime d’autant plus les débats de l’intérêt de ces traitements. En effet, ces sujets sont souvent exclus des essais cliniques. L’essai CTTC (Cholesterol Treatment Trialists’ Collaboration) avait montré une diminution de 21% du risque d’événement cardiovasculaire majeur pour toute diminution du taux de LDL-cholestérol de 1 mmol/L. Mais une possible atténuation des résultats avait été suggérée chez les plus âgés. Il était donc important d’apporter cet éclairage.

Méthodologie

Cette revue systématique et méta-analyse ont été réalisées à partir d’essais randomisés et contrôlés publiés entre le 1ermars 2015 et le 14 août 2020 ayant évalué l’impact sur la fonction cardiovasculaire des hypolipémiants administrés selon les recommandations de l’American College of Cardiology et l’American Heart Association après un suivi médian de 2 ans chez des sujets de 75 ans et plus. Les sujets souffrant d’insuffisance cardiaque ou en dialyse étaient exclus.

Principaux résultats 

Cette méta-analyse porte sur les données de 29 essais cliniques (dont 24 provenant du CRRC), soit les données de 244.090 patients dont 21.492 étaient âgés de 75 ans et plus (8,8%). Parmi ces derniers, 54,7% étaient sous statine, 28,9% sous ézétimibe et 16,4% sous inhibiteur de PCSK9. Le suivi médian allait de 2,2 ans à 6 ans.

À l’inclusion, le taux moyen de LDL cholestérol était de 2,8 mmol/L [2,0 - 4,2] et la réduction moyenne au cours du suivi était de 0,9 mmol/L [0,4-1,3].

Au global, 16,4% des sujets de 75 ans et plus ont eu un événement cardiovasculaire majeur durant les essais. Pour 22,3% ils s’agissaient du premier événement cardiovasculaire.

Les analyses montrent que toute diminution des taux de LDL-cholestérol de 1 mmol/L s’accompagnait chez les sujets âgés d’une diminution significative du risque d’événement cardiovasculaire majeur de 26% (ratio de risque (RR) 0,74 [0,61-0,89], p=0,0019, n=3.519). Ce bénéfice était perceptible pour chacun des composants du critère d’évaluation du risque cardiovasculaire majeur global, à savoir que toute diminution du taux de LDL-cholestérol diminuait le risque de décès de 15%, d’infarctus du myocarde de 20%, d’ACV de 27% et de revascularisation coronarienne de 20%.

La diminution du risque d’événement cardiovasculaire majeur sous hypolipémiant chez les sujets de 75 ans et plus était similaire à celle constatée chez les plus jeunes. Et chez les sujets âgés, aucune différence statistiquement significative n’a pu être mise en évidence entre un traitement par statine ou un autre (pinteraction = 0,64). De même aucune différence significative n’a pu être mise en évidence entre les sujets de 75 ans et plus qui avaient une maladie athéromateuse établie à l’inclusion et les autres. 

Limitations

La définition des évènements mesurés n’était pas strictement identique d’un essai à l’autre.