Hypertension : l’heure du coucher est le meilleur moment pour prendre ses traitements antihypertenseurs


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les patients hypertendus s’étant fait prescrire des médicaments visant à abaisser la pression artérielle à prendre à l’heure du coucher ont une pression artérielle mieux contrôlée. Par ailleurs, la survenue d’événements cardiovasculaires (CV) chez eux est significativement moindre, par rapport à ceux qui prennent leurs médicaments le matin. C’est ce que révèlent de nouveaux résultats provenant de l’essai Hygia Chronotherapy.

Cet essai multicentrique est le plus vaste à avoir examiné l’effet du moment de la journée auquel les personnes prennent leurs médicaments antihypertenseurs sur leur risque de maladies cardiovasculaires (MCV). L’essai a recruté 19 084 patients hypertendus ayant été randomisés pour prendre la dose quotidienne complète d’au moins 1 médicament antihypertenseur au moment du coucher (n = 9 552) ou pour prendre l’ensemble de leurs médicaments antihypertenseurs au réveil (n = 9 532). Les participants ont été suivis pendant une durée moyenne de 6 ans, pendant laquelle la pression artérielle ambulatoire (PAA) a été vérifiée sur 48 heures au moins 1 fois par an.

L’étude a révélé que les patients du groupe de traitement à l’heure du coucher avaient non seulement un meilleur contrôle de leur PAA, mais qu’ils avaient également un risque significativement plus faible de survenue d’un événement CV faisant partie du critère d’évaluation principal (un décès par MCV, un infarctus du myocarde, une revascularisation coronaire, une insuffisance cardiaque ou un accident vasculaire cérébral), par rapport à ceux ingérant tous leurs médicaments au réveil (rapport de risque [RR] : 0,55 ; IC à 95 % : 0,50–0,61 ; P 

Les résultats ont été publiés dans la revue European Heart Journal.