Hypertension : L’essentiel du mois de juillet 2016


  • Pavankumar Kamat
  • Monthly Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.
Les meilleures nouvelles données probantes du mois sur l’hypertension, juillet 2016

En 2004, le groupe de travail sur le programme national d’éducation sur l’hypertension (National High Blood Pressure Education Program) à l’intention des enfants et des adolescents a recommandé 10 tests pour les enfants ayant reçu un diagnostic d’hypertension. Cette étude rétrospective a porté sur 3 588 enfants atteints d’hypertension examinés dans un seul centre médical universitaire et a commencé deux ans après la publication des recommandations. Elle a révélé qu’aucun de ces enfants n’avait fait l’objet de la totalité des 10 tests, que le nombre médian de tests administrés était de deux et que 16 % des enfants n’ont fait l’objet d’aucun test Lire la suite.

Une déclaration officielle de la Société internationale sur l’hypertension (International Society of Hypertension, ISH) a noté que même si l’étude SPRINT avait suggéré qu’une tension artérielle de 130 mm Hg serait un objectif approprié, 140 mm Hg serait déjà une cible difficile à atteindre dans les régions du monde où les ressources font défaut, et une valeur de 160 mm Hg pourrait être davantage appropriée, en particulier si le patient ne présente pas d’autres facteurs de risque Lire la suite.

Une étude de cohorte prospective qui a suivi plus de 28 000 femmes pendant plus de 11 ans et qui a révélé que la prise de multivitamines n’a montré aucune association avec le risque d’hypertension Lire la suite.

du mois de juin sur l’hypertension
VIH

Évaluation de l’hypertension chez les enfants

Source : World J Pediatric Congenital Heart Surg                 Abstract

Principaux résultats

  • Aucun enfant n’a fait l’objet de la totalité des 10 tests recommandés.
  • Le nombre médian de tests était de deux.
  • Variation significative selon l’âge et l’origine ethnique.
  • Tests les moins fréquents : dépistage urinaire de drogue ou de médicament et taux de rénine.
  • 49 % ont fait l’objet d’un test visant à évaluer la créatinine sérique et 40 % ont fait l’objet d’un échocardiogramme.
  • Les garçons étaient plus susceptibles de faire l’objet d’un échocardiogramme.
  • Les enfants plus âgés ou noirs étaient moins susceptibles de faire l’objet d’un contrôle de la créatinine.

Conception de l’étude

  • N = 3 588 enfants ayant reçu un diagnostic d’hypertension.
  • Dix tests sont recommandés.

Pourquoi est-ce important ?

  • La prévalence de l’hypertension chez les enfants est en hausse et le programme national d’éducation sur l’hypertension liste 10 tests recommandés pour ce groupe de patients.

Réévaluation des seuils et des cibles de la TA

Source : Hypertension                                                      PubMed Abstract

Contexte

  • L’ISH a collaboré avec la Société américaine sur l’hypertension (American Society of Hypertension) concernant les directives 2014 sur le traitement de l’hypertension.
  • Les directives recommandaient un seuil de 140 mm Hg pour la tension systolique, mais soulignent que même cette cible pourrait peser sur les budgets dans certaines régions ; une cible de 160 mm Hg a également été suggérée si d’autres facteurs de risque n’étaient pas présents.
  • Même la cible la plus haute serait délicate à mettre en œuvre dans certaines régions.

Présentation

  • Les directives précisent que le « message central » suite à l’étude SPRINT est de définir une cible de 130 mm Hg à l’échelle mondiale chez les patients qui ne sont pas diabétiques et qui présentent une hypertension avec un risque cardiovasculaire élevé.
  • Il est fait mention que de nombreuses régions ne parviennent même pas à mesurer la TA conformément aux procédures de l’étude SPRINT et que cela entraînerait des coûts élevés.
  • Les directives reconnaissent les bénéfices d’une cible inférieure, mais considèrent les contraintes qui y sont associées comme intenables. Pour ces raisons, il est prématuré de défendre la mise en œuvre de ces cibles à l’échelle mondiale.

Prise de multivitamines et risque d’hypertension

Source : J Hypertens                                                        PubMed Abstract

Principaux résultats

  • La prise de multivitamines n’a pas été associée à un risque de nouveau cas d’hypertension à l’issue d’analyses multivariées, même en cas de prise pendant 10 ans. 

Conception de l’étude

  • N = 28 157, cohorte prospective, Étude sur la santé des femmes (Women’s Health Study), âge de 45 ans et plus, aucune présence de maladie cardiovasculaire, de cancer et d’hypertension à l’entrée dans l’étude.
  • Prise de multivitamines autorapportée.
  • 16 316 patientes présentant un nouveau cas d’hypertension, suivi moyen de 11,5 ans (323 414 personnes–années).

Pourquoi est-ce important ?

  • La supplémentation en multivitamines est largement répandue, mais elle ne semble pas être utile pour prévenir l’hypertension chez les femmes d’âge moyen et les femmes âgées.