Hypertension : l'alimentation peut éliminer le besoin de médicaments


  • JIM Vu par vos patients
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Depuis 2017, l'American College of Cardiology a fait de l'évolution du mode de vie la première étape de prise en charge des personnes atteintes d'hypertension, avant même le recours aux médicaments. Une étude présentée lors des séances scientifiques 2018 de l'American Heart Association confirme la pertinence de cette stratégie. Pour le démontrer, les chercheurs ont suivi 129 hommes et femmes en surpoids ou obèses âgés de 40 à 80 ans, dont la pression artérielle se situait entre 130-160/80-99 mmHg, mais qui ne prenaient pas de médicaments antihypertenseurs. Plus de la moitié d'entre eux étaient candidats à la prise de ces médicaments.

Les participants ont été assignés au hasard à trois types d'interventions. La première consistait à adopter le régime alimentaire DASH, participer à un programme de gestion du poids et à des sessions d'exercices trois fois par semaine. La seconde intervention comprenait le régime DASH avec le seul suivi d'un nutritionniste et la troisième (groupe témoin) ne prévoyait aucun changement du mode de vie. Rappelons que le régime DASH privilégie l'apport en fruits, légumes et produits laitiers faibles en gras, tout en minimisant la consommation de viande rouge, sel et sucreries.

Au bout de 16 semaines, les membres du premier groupe avaient perdu en moyenne 8,6 kilos et présentaient une tension artérielle réduite de 16 mmHg systolique et 10 mmHg diastolique Ceux qui avaient suivi le seul régime DASH présentaient une baisse moyenne de la pression artérielle de 11 mmHg systolique et de 8 diastolique et ceux n'avaient pas modifié leurs habitudes n'enregistraient qu'une réduction de leur pression artérielle de 3 mmHg systolique/4 diastolique. Seulement 15 % des personnes ayant modifié leur mode de vie ont eu besoin de médicaments antihypertenseurs à l'issue de ce programme, contre 23 % dans le groupe témoin.

« Les modifications du mode de vie, dont une alimentation plus saine et la pratique régulière d'exercices physiques, peuvent réduire considérablement le nombre de patients qui ont besoin d'un médicament pour abaisser leur pression artérielle. C'est particulièrement le cas chez les personnes dont la pression artérielle se situe entre 130 et 160 mmHg de pression systolique et entre 80 et 99 mmHg de pression diastolique », conclut le Dr Alan Hinderliter de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, coauteur de cette étude.