Hydrochlorothiazide : attention au risque de cancer de la peau


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’hydrochlorothiazide (HCTZ) est un diurétique, largement utilisé dans le traitement de l’hypertension artérielle, des oedèmes d’origine cardiaque, hépatique ou rénale et de l’insuffisance cardiaque chronique.

Des études danoises récentes ont montré un risque accru de cancer de la peau ou des lèvres de type carcinome basocellulaire et carcinome épidermoïde chez les patients exposés pendant de nombreuses années à des doses élevées d’hydrochlorothiazide. Cela pourrait éventuellement être lié aux actions photosensibilisantes de l’HCTZ.

Sur la base des résultats de ces études danoises, le risque pourrait augmenter d’environ 4 à 7,7 fois pour le carcinome épidermoïde et de 1,3 fois pour le carcinome basocellulaire en fonction de la dose cumulative d’HCTZ.

Après analyse de ces données, l’Agence européenne des médicaments a conclu que les patients prenant de l’HCTZ seul ou en association avec d’autres médicaments doivent :

  • Etre informés du risque de cancer de la peau non-mélanome et de la nécessité de vérifier régulièrement l’état de leur peau afin de détecter toute nouvelle lésion ou modification de lésion existante,
  • Faire examiner les lésions cutanées suspectes par leur médecin (le recours à la biopsie peut être nécessaire pour le diagnostic histologique),
  • Limiter l’exposition au soleil et aux rayons UV et avoir une protection adéquate en cas d’exposition solaire.

Le médecin prescripteur devra réexaminer avec attention l’utilisation d’HCTZ chez les patients présentant un antécédent de cancer de la peau.