Huit patients sur dix dissimulent des informations pertinentes sur le plan médical


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon une nouvelle recherche publiée dans la revue JAMA Network Open, jusqu’à 80 % des patients dissimulent de manière intentionnelle des informations importantes et sont le plus susceptibles d’agir de la sorte lorsqu’ils sont en désaccord avec les instructions d’un clinicien ou lorsqu’ils comprennent mal ses instructions. 

L’étude a examiné la fréquence des patients dissimulant sept types d’informations pertinentes pour leurs soins aux cliniciens ainsi que leurs raisons, chez 4 510 patients issus de deux enquêtes différentes. 

Entre 60 et 80 % des participants aux enquêtes ont évité de divulguer au moins un type d’information, les cas les plus fréquents concernant un désaccord avec les recommandations du clinicien et une incompréhension des instructions du clinicien, suivis par la dissimulation de comportements liés à la santé pertinents. 

Parmi les raisons les plus fréquentes à cette non-divulgation d’informations figuraient la volonté du patient de ne pas être jugé ou réprimandé, de ne pas vouloir entendre de discours sur le caractère préjudiciable de son comportement et être embarrassé, d’éviter que le clinicien le considère comme un patient difficile et de ne pas faire perdre plus de temps au clinicien. 

Lors de la présentation des résultats, les auteurs ont déclaré : « Si les patients dissimulent des informations aux cliniciens aussi souvent que cette recherche le suggère, alors il s’avère courant que les cliniciens ne reçoivent pas les informations dont ils ont besoin pour fournir des soins de haute qualité aux patients, en particulier aux patients plus gravement malades. »