HTAP : la valeur prédictive et pronostique propre du NT-proBNP

  • Chin KM & al.
  • Circulation
  • 21 mai 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le NT-proBNP est un marqueur dont la valeur moyenne permet de pronostiquer le devenir à long terme de l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). D’autre part, son évolution au cours du traitement permet de prédire la réponse thérapeutique à long terme, selon l’analyse post hoc de l’étude GRIPHON qui avait comparé un traitement par sélexipag à un placebo dans l’HTAP symptomatique. Dans ce travail, il semble que les sujets dont le taux de NT-proBNP est ou reste élevé sont ceux ayant le risque le plus important de progression.

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

Les recommandations de l’ESC/ERS ont établi des seuils de NT-proBNP sanguin catégorisés comme à risque faible, moyen ou élevé de mortalité à 1 an, mais ces seuils sont extraits d’études observationnelles qui n’ont pas été validés dans le cadre d’une étude clinique.

Méthodologie

L’étude clinique randomisée GRIPHON avait recruté des sujets de 18-75 ans souffrant d’HTAP symptomatique et présentant un périmètre de marche au test de 6 minutes compris entre 150 et 450 mètres. En plus de leur traitement habituel, ils étaient randomisés pour recevoir un traitement par sélexipag (jusqu’à 1.600 µg 2 fois/j) ou un placebo.

Le dosage du NT-proBNP a été mené à l’inclusion puis à intervalles réguliers. L’analyse de la morbimortalité liée à l’aggravation de la maladie a été menée selon les seuils du biomarqueur établis par les recommandations, à partir des tertiles des patients de cette étude et à partir de l’évolution du taux de NT-proBNP au cours de l’étude.

Principaux résultats

  • Au total, l’étude a inclus 1.142 patients. Un seuil bas, moyen ou élevé du biomarqueur était associé à une morbimortalité croissante, que les catégories soient établies à partir des recommandations ou des tertiles, pour les patients sous sélexipag comme pour les patients sous placebo.
  • Les patients traités par sélexipag et ayant un taux de NT-proBNP bas ou moyen avaient un risque d’évènement de morbimortalité diminué de 92% et 83% par rapport à ceux ayant un taux catégorisé comme élevé, quel que soit le moment de la mesure. Ce résultat était observé à moindre échelle chez les sujets sous placebo.
  • Le risque de morbimortalité était plus bas chez ceux qui maintenaient un taux faible ou amélioraient leur taux de NT-proBNP que chez ceux qui avaient un taux élevé ou augmenté.
  • Globalement, le rapport de risque de morbimortalité était de 0,60 [IC 99% 0,46-0,78] pour le sélexipag vs placebo. Les rapports de risque étaient aussi de 0,57 [IC 95% 0,34-0,94], 0,48 [0,33-0,70] et 0,73 [0,55-0,96] pour les seuils de NT-proBNP bas, moyen et élevé. L'effet du sélexipag semblait plus important dans les catégories présentant des taux de NT-proBNP moyens ou faibles que dans les autres.

Principales limitations

Étude post hoc.

Financement

Actelion Pharmaceuticals Ltd.