HPV 16/18 : Comment identifier les femmes infectées les plus à risque de cancer ?

  • Baumann A & al.
  • Cancers (Basel)

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Selon une étude française, l’évaluation de la charge virale du HPV16 aide à prédire le risque de développer des lésions cervicales de haut grade chez les femmes infectées, alors que la charge virale en HPV18 ne le permet pas. Ce dosage simple à mettre en œuvre en routine permettrait d’améliorer le dépistage des cas de cancer du col.

 

Les tests HPV permettent d’identifier les femmes infectées par les génotypes à risque (HPV16 et HPV18) de façon plus efficace que la cytologie : selon l'étude ATHENA HPV, le risque relatif de lésions cervicales à haut grade (CIN3+) est de 42,0% pour celles infectées par HPV16 et de 20,5% pour celles infectées par HPV18 contre 8% pour celles infectées par un autre HPV. Aussi, les femmes positives à HPV16 et/ou HPV18 sont orientées vers une colposcopie. Mais est-il possible d’améliorer encore le dépistage en précisant les femmes qui, parmi celles infectées, ont le plus de risque de voir une lésion cervicale évoluer en une lésion cancéreuse ? Pour le savoir, une équipe de Besançon a établi un suivi de la charge virale.

Méthodologie

Au total, l’étude a analysé le suivi de 885 femmes ayant une infection par l’un ou l’autre des deux génotypes à risque ainsi qu’une cytologie indiquant la présence de lésions de bas grade à l’inclusion. La durée de suivi médiane de ces femmes était annuelle. À l’issue de ce suivi (conduit entre 2009 et 2017), la prévalence de HPV16 et HPV18 était de 46,6% et de 21,3% respectivement, tandis que 135 femmes, soit 15% de la cohorte, avaient développé une lésion de haut grade.

Le développement d'une lésion de haut grade était associé à la charge virale HPV : le risque augmentait d’un facteur 1,98 lorsque cette dernière, exprimée en RLU/PC (Relative Light Unit/Positive Control), était >100 par rapport à celles qui avaient une charge inférieure à 100 (HR 1,98 [1,41-2,78], p<10-4). Un seuil de charge virale HPV16 de 3,2 log10GE/103 cellules permet d’identifier des femmes à risque de lésion cervicale de haut grade (HR 2,67 [1,80-3,97], p≤ 0,0001). Une telle relation n’a pas pu être trouvée pour HPV18.