HIV Glasgow 2020 — Le risque de cancer et de ménopause précoce est accru chez les femmes infectées par le VIH


  • Allison Kirsop
  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Parmi les femmes ayant reçu un diagnostic de VIH en Europe en 2018, 17 % étaient âgées de plus de 50 ans.(1) Même si le nombre d’infections dans les groupes d’âge plus jeunes a baissé entre 2010 et 2017, le nombre d’infections chez les femmes de plus de 55 ans est resté stable, en partie dû au risque perçu comme étant faible par les femmes et les médecins.(2) Les femmes d’âge mûr infectées par le VIH courent un risque accru de complications de santé, notamment la possibilité d’une ménopause précoce, d’ostéoporose, de comorbidités, de cancer et d’une réduction de la qualité de vie.

L’âge moyen de la ménopause chez les femmes est de 51 ans mais de récentes études suggèrent que la ménopause survient en moyenne trois ans plus tôt chez les femmes infectées par le VIH et environ 30 % de ces femmes entrent en ménopause avant l’âge de 45 ans.(3) Parmi les conséquences de la ménopause précoce à court terme figurent des changements d’humeur et une dysfonction sexuelle. À plus long terme, la ménopause précoce pourrait conduire à un risque accru de maladies chroniques liées au vieillissement, comme les maladies cardiovasculaires (MCV), l’hypertension, le diabète et la réduction de la densité minérale osseuse s’accompagnant d’un risque accru de fractures.(4,5) La qualité de vie s’est également avérée être affectée, les femmes plus âgées infectées par le VIH présentant des niveaux plus élevés d’épuisement et de douleur bien qu’elles bénéficient d’une meilleure récupération immunologique et qu’elles présentent moins de MCV que les hommes.(6)

Des études ont montré que les femmes infectées par le VIH courent un risque accru d’infection persistante aux virus du papillome humain (VPH) et développent des cancers du col de l’utérus et de l’anus.(7–9) Ces études soutiennent le dépistage systématique de problèmes de santé chez toutes les femmes infectées par le VIH et constituent une occasion de modifier leur risque de complications de santé.