Hépatite alcoolique sévère : quel taux de rechute de consommation alcoolique après transplantation hépatique ?


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En avril dernier, les résultats de l’étude ACCELERATE-AH publiée dans la revue Gastroenterology 1 s’intéressaient à la rechute alcoolique et à la survie post-transplantation hépatique précoce chez les patients présentant une hépatite alcoolique sévère. Au total, douze centres de transplantation américains avaient participé à l’étude. Les patients inclus avaient un diagnostic d’hépatite alcoolique sévère sans diagnostic préalable de maladie hépatique ou d’épisode d’hépatite alcoolique et devaient subir une transplantation hépatique en ayant moins de 6 mois d’abstinence.

Compléments d’informations...

En octobre 2018, la réponse de plusieurs experts a été publiée dans cette même revue 2 . Ces derniers félicitent l’exhaustivité des données recueillies et mettent en exergue certains points complétant le débat, notamment :

  • Les biopsies hépatiques n’ayant pas été systématiques dans l’étude ACCELERATE-AH, les nombreux cas de décompensation cirrhotique laissent penser que la population évaluée était hétérogène, ce qui pourrait expliquer le taux élevé de survie. Un taux en effet surprenant au regard d’autres études selon ces experts.

  • Ils citent également une méta-analyse récente 3 qui a montré que 14% des patients présentant une hépatite alcoolique sévère ont une rechute alcoolique après une transplantation hépatique. Ce taux élevé incite vivement les experts à préconiser une sélection stricte des patients pour éviter tout problème d’équité dans l’attribution de ces greffes.

Enfin, comme l’équipe ayant mené ACCELERATE-AH, ces experts soulignent la nécessité de mettre en place des études prospectives dans le but d’identifier les facteurs prédictifs de rechute de la consommation alcoolique après transplantation. D’ailleurs, les premiers résultats d’un essai mené dans cet objectif sont attendus pour la fin d’année 2018.

Quelques rappels des enseignements d’ACCELERATE-AH

Le temps médian d’abstinence avant la transplantation était de 55 jours. Au total, 94% des 147 patients inclus dans l’étude étaient en vie à 1 an et 84% à 3 ans. Après la sortie d’hospitalisation, 72% étaient abstinents, 18% avaient fait un écart et 11% avaient une consommation soutenue d’alcool. À un an, 25% consommaient de l’alcool, dont 10% de manière soutenue et à 3 ans, 34% consommaient de l’alcool dont 17% de manière importante.

Les analyses multivariées ont montré que seuls les sujets jeunes étaient associés à la consommation d’alcool après la transplantation hépatique. Tous patients confondus, la consommation soutenue d'alcool après transplantation hépatique, multipliait le risque de décès par 4,5. Les auteurs ont conclu que les résultats suggéraient que le taux de survie des patients qui subissaient une transplantation hépatique avant 6 mois d’abstinence pour hépatite alcoolique sévère était similaire à celui des patients qui recevaient une transplantation hépatique pour une autre indication.