Hémopathies malignes : le score CONUT simplifie la prédiction des résultats de greffe

  • Araie H & al.
  • Int J Hematol
  • 12 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les patients atteints d’hémopathies malignes faisant l’objet d’une première allogreffe de cellules hématopoïétiques (allo-GCSH), ceux mal nourris selon le score de contrôle du statut nutritionnel (Controlling of Nutritional Status, CONUT) ont démontré des résultats de survie inférieurs à ceux dont les scores CONUT étaient normaux.

Pourquoi est-ce important ?

  • De nombreux patients atteints d’hémopathies malignes sont mal nourris en raison des effets de la maladie et du traitement.

Protocole de l’étude

  • Étude visant à étudier les associations entre le statut nutritionnel préalable au conditionnement avant la première allo-GCSH et les résultats chez 200 patients atteints de tumeurs malignes myéloïdes.
  • Stratification : patients présentant des scores CONUT modérés à sévères (groupe de mauvais statut nutritionnel [n = 56]), par rapport aux patients présentant des scores CONUT normaux ou de légère gravité (groupe de statut nutritionnel normal [n = 144]).
  • Financement : Subvention de recherche de l’hôpital n° 1 de Nagoya de la Croix-Rouge japonaise.

Principaux résultats

  • Incidence cumulée de la mortalité non liée à la rechute précoce (MNR, dans les 100 jours) de 21,4 % (IC à 95 % : 11,8–33) dans le groupe de mauvais statut nutritionnel contre 9,7 % (IC à 95 % : 5,6–15,2) dans le groupe de statut nutritionnel normal (P = 0,025).
  • À l’analyse multivariée :
    • Un mauvais statut nutritionnel selon le score CONUT était un facteur de risque indépendant de MNR précoce (RR : 2,2 ; IC à 95 % : 1,008–4,708 ; P = 0,048).
  • Taux de SG à 1 an de 53,3 % (IC à 95 % : 39,4–65,4 %) dans le groupe du mauvais statut nutritionnel contre 71 % (IC à 95 % : 62,7–77,7 %) dans le groupe de statut nutritionnel normal (P = 0,005).

Limites

  • Données rétrospectives.